C’est très simple, le chaos engendré par les cartels a fait plus de morts au Mexique que la guerre de Syrie et d’Irak ; c’est un massacre pourtant  très silencieux médiatiquement ! Pour que ces cartels soient aussi puissants, la complicité des plus hautes sphères de l’état – mais également des banksters – est essentielle, voire impérative, l’avocat d’El Chapo vient de le confirmer en accusant le président mexicain de corruption. Malgré ces informations et accusations graves, rien ne sera fait par les USA ! Macron est même capable, sans aucun problème, de rendre visite à Enrique Pena Nieto et de le recevoir en lui faisant la bise sur le perron de l’Élysée  !


Selon l’avocat du baron de la drogue, le président mexicain sortant, Enrique Pena Nieto, aurait reçu des pots-de-vin de Ismael « El Mayo » Zambada, le véritable patron du cartel de Sinaloa.

Joaquin « El Chapo » Guzman est un bouc émissaire ; le véritable baron mexicain de la drogue est en liberté parce qu’il a versé des pots-de-vin au président mexicain sortant Enrique Pena Nieto. C’est ce qu’a déclaré, mardi 13 novembre, l’avocat de Guzman au premier jour du procès de son client devant un tribunal fédéral de New York (États-Unis).

« El Chapo », 61 ans, est soupçonné d’être le patron du cartel de Sinaloa, l’une des plus importantes organisations de narcotrafiquants opérant au Mexique. Il est inculpé de 17 chefs d’accusation et encourt une peine d’emprisonnement à perpétuité. Arrêté en janvier 2016, Joaquin Guzman a été extradé vers les États-Unis en janvier 2017 après avoir réussi à s’échapper à deux reprises de prisons de haute sécurité au Mexique.

« Les vrais chefs vivent en liberté au Mexique »

Le véritable patron du cartel de Sinaloa est Ismael « El Mayo » Zambada, a déclaré le conseil d’« El Chapo », Jeffrey Lichtman, dans ses remarques préliminaires au jury. « Les vrais chefs vivent en toute liberté au Mexique. En vérité il ne contrôlait rien, c’était Mayo Zambada », a-t-il dit, ajoutant que Zambada est libre parce qu’il « verse des pots-de-vin à l’ensemble du gouvernement mexicain jusqu’à son plus haut représentant, l’actuel président du Mexique », Enrique Pena Nieto.

Un porte-parole d’Enrique Pena Nieto, auquel le président élu Andres Manuel Lopez Obrador succédera le 1er décembre prochain, a rejeté ces accusations.

L’assistant du procureur, Adam Fels, a expliqué que les enquêteurs allaient prouver durant le procès comment Joaquin Guzman est passé de simple revendeur de drogue dans les années 1970 à la tête du puissant cartel de Sinaloa. Selon lui, il aurait noué des liens avec des cartels colombiens pour un narcotrafic estimé à plusieurs milliards de dollars.


France TV Info