Les-dettes-classees-X-du-prince-saoudien-Saud-Al-Faical
L’ancien ministre saoudien des Affaires étrangères Saud Al-Faiçal. (Reuters)

On a cru à un poisson d’avril sauf que l’on est le 6 du mois et que ce n’est pas drôle du tout. L’ex-ministre des Affaires étrangères de la Saoudie maudite vient de se tirer une balle dans le pied puisque un procès à Paris, devant la 7e chambre civile du TGI de Nanterre, révèle qu’il a commandé la réalisation d’un film pornographique avec pour participante sa « maîtresse » parisienne ! Que voulez-vous de plus pour comprendre une bonne fois pour toutes que ces gens sont des hypocrites, des mounafiqine de la pire espèce ? Ils sont non seulement très loin de la religion islamique mais sont plutôt acteurs déterminés du satanisme le plus assumé ! Toute la jet-set européenne connaît leur intérêt pour les casinos monégasques, le champagne et les call-girls de luxe, seuls les musulmans persistent à leur accorder du crédit…

Cette secte sabbataïste n’en est pas à son premier scandale sexuel, les journaux et magazines occidentaux pullulent de ce genre d’informations malheureusement diluées dans le flot général. Il serait intéressant qu’un travail d’archiviste puisse compiler un maximum de scandales pour avoir une vision plus juste des mœurs de ces dégénérés.


Saud Al-Faiçal a-t-il commandé le tournage d’un film porno mettant en scène sa maîtresse? Ses héritiers refusent de payer la facture. La justice est saisie.  

SARL Atyla contre SCI 25 avenue Bugeaud pour une créance contestée de 90.000 euros. Une procédure comme la 7e chambre civile du TGI de Nanterre en traite par centaines chaque année ? « Ça n’est pas l’affaire de la succession Hallyday, mais si ça va au bout, on va rigoler à l’audience ! », pronostique avec gourmandise un habitué du tribunal des Hauts-de-Seine. Pour preuve, l’avertissement de l’avocat du requérant, Me Ivan Itzkovitch, dans ses conclusions : « Pour préserver la bienséance des débats, la SARL Atyla ne verse pas à ce stade au dossier les films réalisés […] mais se réserve la possibilité de le faire si la SCI 25 avenue Bugeaud persistait. » Il faut dire que cette bataille judiciaire se déroule sur fond de fantaisies érotiques : en cause, un tournage très osé mettant en scène la maîtresse d’une éminence saoudienne.…


Europe1 – Le Journal du Dimanche [JDD]