Les sayanim sont en train de se lâcher, plus rien ne les arrête. Il faudrait donc selon Pascal Bruckner ne jamais critiquer les actes des uns et des autres, surtout Charlie hebdo car ce serait commettre un blasphème ! Où est du coup passée la liberté d’expression dont tout le monde parle ?