Alors qu’elle fait semblant de combattre la politique gouvernementale d’Emmanuel Macron, la majorité sénatoriale LR-UDI vient de repousser, en catimini, l’âge de départ à la retraite d’une année, sans que cela ne suscite aucun débat public. C’est la énième modification concernant les retraites et à chaque modification on nous explique que c’est la bonne, que la caisse de retraite est sauvée. Malgré l’augmentation et des cotisations, et de la durée de travail, ces politiciens ne cessent d’expliquer systématiquement que les caisses sont vides et qu’il faut travailler toujours plus !


Les sénateurs ont repoussé d’un an l’âge légal de départ à la retraite, dans le cadre de l’examen du budget de la Sécu.

Une mesure prise contre l’avis du gouvernement, qui pourra revenir dessus à l’Assemblée nationale.

Peu de temps avant de terminer l’examen du budget de la Sécurité sociale 2019, la majorité sénatoriale LR-UDI a adopté vendredi 16 octobre le principe du recul de l’âge légal de départ à la retraite à 63 ans, contre 62 ans aujourd’hui, d’ici le 1er mai 2020. Proposition déjà faite l’an dernier. « Avec l’augmentation de la durée d’espérance de vie, l’augmentation de la durée de cotisation est une condition impérative pour assurer l’équilibre de notre système de retraites et assurer un niveau de vie satisfaisant à nos retraités » fait valoir le sénateur LR René-Paul Savary.

A la demande du gouvernement, les députés pourront encore revenir sur cette modification du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est en effet opposée à l’amendement sénatorial, d’autant que l’exécutif prépare pour 2019 sa réforme des retraites.

« Changement brutal »

Elle dénonce une « pratique ancienne » qui est de changer « brutalement les paramètres ». La ministre défend à l’inverse les consultations et le « dialogue » mené par Jean-Paul Delevoye sur le sujet. Agnès Buzyn a rappelé « l’engagement pris par le Président » de maintenir l’âge légal à 62 ans.

Alors que le gouvernement a désindexé les pensions de retraites, ce qui revient à une diminution, le président LR de la commission des affaires sociales, Alain Milon, a expliqué que la majorité sénatoriale avait « décidé de réindexer l’évolution des retraites sur l’inflation », ce qui représente un coût de 2 milliards d’euros. « Il fallait trouver une solution ». D’où le passage à la retraite à 63 ans. Autre argument : « Quand l’Etat a supprimé les cotisations sur les heures supplémentaires, s’il avait décidé de compenser ce manque de recettes pour la Sécurité sociale, qui est de ordre de 2 milliards d’euros, nous n’aurions pas été obligés de mettre en place la retraite à 63 ans ». Les sénateurs communistes, PS et LREM ont voté contre ce report de l’âge de la retraite.


François VignalFrançois Vignal – Public Sénat