chauprade

Article très intéressant de personnes qui ne tombent plus dans le piège grossier de la girouette Chauprade, frère la grattouille, élève du grand maître du rite kabbalistique de Memphis Misraïm, F. Thual, issu de Cagliostro donc du sabbatao-frankisme. Bref, il ne suffit plus de prendre des poses, de dire les mots magiques pour endormir le peuple, ce dernier est de plus en plus instruit et sait reconnaître les traîtres et les loustics. Pour comprendre les revirements illogiques et contradictoires du maçon Chauprade, il suffit de bien comprendre, comme pour Alain Soral, que ce n’est pas lui qui décide mais ses maîtres en loge !


Aymeric Chauprade ou la « force des convictions »

Il nous semble nécessaire de revenir sur l’entretien d’Aymeric Chauprade accordé à Boulevard Voltaire et publié aujourd’hui. Aymeric Chauprade a bien entendu raison de parler « d’allégeance avec l’ennemi » et de prôner la fermeté contre cette puissante « 5e colonne » qu’il est loin d’être le seul à dénoncer d’ailleurs. Nous en parlions nous-mêmes ces derniers jours, comme tant d’autres. Il faut prendre des mesures radicales pour protéger tous nos concitoyens sur le territoire national, à part la gauche qui ne survit que grâce à la niche électorale du vote musulman, tout le monde prône les mêmes mesures! Nous sommes en guerre effectivement, malgré l’inimaginable campagne de désinformation de la gauche moraliste et des médias inféodés, chacun a pu s’en rendre compte depuis les fêtes de Noël de l’an passé. Rendre la monnaie de sa pièce à l’islamisme radical donc. Fort bien, ce sont des positions extrêmement populaires au sein des mouvances souverainistes et indépendantistes (et Chauprade a l’habileté de s’en servir), mais tout de même assez surprenantes venant de la part de quelqu’un qui, il n’y a pas si longtemps, se faisait le champion des thèses complotistes autour du 11 septembre, qui n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer l’empire « atlantico-sioniste ». « Nécessité oblige », cherchant à consolider sa position au sein du Front National auquel il n’a adhéré qu’en novembre 2013, à la veille des Européennes, Chauprade a compris ce qu’il devait dire pour obtenir davantage d’appui au sein même du parti et surtout sa base militante. On l’a vu se rapprocher très opportunément de la très charismatique Marion Maréchal Le Pen afin de récupérer un peu de cette aura émanant de l’icône en pleine ascension. Il le fallait, surtout après s’être vu sèchement désavoué par Marine le Pen en janvier, suite à une énième déclaration toute personnelle et non autorisée par le Bureau politique. La présidente du Front National ne lui avait-elle pas promis la place de ministre des Affaires étrangères en cas de victoire aux futures présidentielles? Ce sont des perspectives qui feraient tourner la tête à plus d’un bonze tibétain. Le « disciple » de François Thual, Grand Maître national de la Grande Loge mondiale de Misraïm, a sans doute hâte de voir cet engagement se concrétiser, qui ne le serait à sa place ?
Sorti de sa déception après s’être trouvé quelque peu mis à l’écart en marge du voyage d’Égypte, Chauprade s’est précipité pour rejoindre le groupe Europe des Nations et des Libertés au Parlement européen afin de ne pas se retrouver isolé et de tenter de reprendre sa place de Conseiller pour les questions internationales auprès de Marine le Pen. Ça, c’était pour le cadre actuel et le jeu de pouvoir au sein du FN. En dehors de ce récent ralliement anti-islam (qui ne date que de l’été dernier) qui sait lui attirer la faveur des adhérents et sympathisants du parti, les positions de Chauprade sur les questions internationales sont incompréhensibles et contradictoires. Rapprochement avec la Russie à laquelle il se dit très proche et qui lui a fait choisir la Russe Tamara Volokhova comme assistante parlementaire, mais de l’autre côté Chauprade soutient en même temps les frappes contre l’État islamique en Irak et au Levant avec les Américains au nom d’une soi-disant « realpolitik » qui s’apparente bien davantage à du cynisme. Personne n’ignore que l’EIIL est bien une création anglo-américaine/israélienne (appuyée aussi par la France) et ne doit son existence qu’à son utilisation contre Bachar el-Assad, dans le but unique de démanteler la Syrie, pays pourtant appuyé fidèlement par la Russie ! Comme l’a si bien déclaré Bruno Gollnish, Chauprade, un peu trop « angélique », a maintenant tendance à reprendre le discours officiel de l’État israélien. Ainsi n’a-t-il pas de mots assez durs pour critiquer l’Iran qu’il perçoit comme une menace envers Israël. Il s’en prend aussi au Venezuela de Maduro qui résiste courageusement aux États-Unis depuis Hugo Chávez, et qui demeure l’un des plus précieux alliés de la Russie dans la région Amérique-Caraïbes. Tous ces paradoxes avaient également été dénoncés il y a trois mois par Xavier Moreau. Tant de renoncements, de changements d’opinions, de thèses contradictoires révèlent un personnage sans doute plus intéressé par sa propre ascension qu’habité par de véritables et profondes (récentes) convictions. La patience est la clé du paradis dit un proverbe turc, il en faudra encore beaucoup, le Quai d’Orsay est encore loin et le chemin bien tortueux…

29 juin 2015 ·