Article explosif qui met fin à la désinformation officielle qui consistait à accuser et traiter de conspirationniste toute personne se posant la question de l’origine du virus. Les auteurs sont des experts de haut niveau et leurs découvertes sont accablantes pour le laboratoire P4 de Wuhan. Effectivement, on apprend que des manipulations ont été réalisée sur l’ARN viral puis une rétro-ingénierie afin de camoufler leur modifications ! Le tout pour réaliser des « gains de fonctions » qui rendent les virus plus contagieux, plus pathogènes !

La théorie qui veut faire croire que c’est un accident de laboratoire ne tient plus car il aurait fallu ne pas essayer de camoufler les modification de l’ARN, ne pas effacer les données du site du laboratoire P4 de Wuhan, laisser les spécialistes chercher l’origine du virus en toute liberté, ne pas empêcher l’accès aux fameuses grottes à chauves-souris… Quand on a été responsable d’un grave accident, même mortel, on n’essaie pas de se débarrasser du cadavre en essuyant les empreintes et en nettoyant la scène du crime !



  • Une nouvelle étude explosive affirme que les chercheurs ont trouvé des « empreintes digitales uniques ‘ dans des échantillons de COVID-19 qui, selon eux, ne pourraient provenir que d’une manipulation dans un laboratoire.

  • DailyMail.com a obtenu en exclusivité le nouvel article de 22 pages rédigé par le professeur britannique Angus Dalgleish et le scientifique norvégien Dr Birger Sørensen qui devrait être publié dans le Quarterly Review of Biophysics Discovery.

  • L’étude a montré qu’il existe des preuves suggérant que des scientifiques chinois ont créé le virus alors qu’ils travaillaient sur un projet de gain de fonction dans un laboratoire de Wuhan

  • La recherche sur le gain de fonction, qui a été temporairement interdite aux États-Unis, consiste à modifier les virus naturels pour les rendre plus infectieux afin d’étudier leurs effets potentiels sur les humains. 

  • Selon l’article, des scientifiques chinois ont pris une « spike » naturelle de coronavirus trouvée dans des chauves-souris des cavernes chinoises et y ont raccordé un nouveau « pic », le transformant en COVID-19 mortel et hautement transmissible.

  • Les chercheurs, qui ont conclu que le COVID-19 « n’a pas d’ancêtre naturel crédible ‘, pensent également que les scientifiques ont procédé à une ingénierie inverse des versions du virus pour dissimuler leurs traces.

  • « Nous pensons que des virus rétro-conçus ont été créés », a déclaré Dalgleish à DailyMail.com. « Ils ont changé le virus, puis ont essayé de comprendre que c’était dans une séquence il y a des années. »

  • L’étude souligne également « la destruction délibérée, la dissimulation ou la contamination des données » dans les laboratoires chinois et note que « les scientifiques qui souhaitaient partager leurs découvertes n’ont pas pu le faire ou ont disparu » .

  • Jusqu’à récemment, la plupart des experts avaient catégoriquement nié que les origines du virus n’étaient rien d’autre qu’une infection naturelle passant des animaux aux humains.

  • Plus tôt cette semaine, le Dr Anthony Fauci a défendu le financement américain de l’Institut de virologie de Wuhan, affirmant que la subvention de 600000 dollars n’avait pas été approuvée pour la recherche sur le gain de fonction.

Une nouvelle étude explosive affirme que des scientifiques chinois ont créé le COVID-19 dans un laboratoire de Wuhan, puis ont tenté de couvrir leurs traces en procédant à une ingénierie inverse des versions du virus pour donner l’impression qu’il avait évolué naturellement à partir des chauves-souris.

Les auteurs de l’article, le professeur britannique Angus Dalgleish et le scientifique norvégien Dr Birger Sørensen, ont écrit qu’ils avaient des « preuves prima facie de la rétro-ingénierie en Chine » depuis un an – mais qu’ils ont été ignorés par les universitaires et les grandes revues.   

Dalgleish est professeur d’oncologie à l’Université St George de Londres et est surtout connu pour sa percée dans la création du premier « vaccin anti-VIH » opérationnel, pour traiter les patients diagnostiqués et leur permettre d’arrêter de prendre des médicaments pendant des mois.

Sørensen, virologue, est président de la société pharmaceutique Immunor, qui a développé un candidat vaccin contre le coronavirus appelé Biovacc-19. Dalgleish a également des options sur actions dans l’entreprise.

Les allégations choquantes de l’étude incluent des accusations de « destruction délibérée, dissimulation ou contamination de données«  dans des laboratoires chinois, et elle note le silence et la disparition de scientifiques du pays communiste qui se sont prononcés.

L’article de la revue, obtenu exclusivement par DailyMail.com et dont la publication est prévue dans les prochains jours, devrait faire des vagues au sein de la communauté scientifique, car la majorité des experts ont jusqu’à récemment nié fermement que les origines du COVID-19 étaient autre chose qu’un infection naturelle passant des animaux aux humains.

Lors de l’analyse d’échantillons de COVID-19 l’année dernière dans le but de créer un vaccin, Dalgleish et Sørensen ont découvert des « empreintes digitales uniques » dans le virus qui, selon eux, ne pouvaient provenir que d’une manipulation dans un laboratoire.

Ils ont dit qu’ils avaient essayé de publier leurs découvertes mais avaient été rejetés par les principales revues scientifiques qui étaient à l’époque résolues que le virus passait naturellement des chauves-souris ou d’autres animaux aux humains.

Même lorsque l’ancien chef du MI6, Sir Richard Dearlove, s’est prononcé publiquement en disant que la théorie des scientifiques devrait être étudiée, l’idée a été rejetée comme une « fake news ».

Plus d’un an plus tard, des universitaires, des politiciens et des médias de premier plan ont finalement basculé et ont commencé à envisager la possibilité que le COVID-19 se soit échappé de l’Institut de virologie de Wuhan en Chine – un laboratoire où les expériences comprenaient la manipulation de virus pour augmenter leur infectiosité afin de étudier leurs effets potentiels sur les humains.

Cette semaine, le président Joe Biden a ordonné à la communauté du renseignement de réexaminer l’origine du virus, y compris la théorie des accidents de laboratoire.

L’annonce faisait suite à la révélation qu’un rapport de renseignement auparavant non divulgué avait été fait à la Maison Blanche, affirmant que plusieurs chercheurs de l’institut de Wuhan avaient été hospitalisés pour maladie en novembre 2019. Le document a été découvert cette semaine par le Wall Street Journal.

Les responsables américains de la santé ont également été critiqués pour avoir prétendument financé les expériences controversées et risquées des chercheurs au laboratoire de Wuhan…