La société moderne occidentale est en train de tuer tout le monde avec la chimie. Les enfants sont totalement détruits au niveau endocrinien et la fertilité est en chute libre. Ce n’est certainement pas avec la taxe carbone sur les carburants que la situation s’arrangera puisque rien n’est prévu de ce côté là de l’écologie. Ce qui prouve encore une fois que le gouvernement… ment !


Une étude américaine a démontré que les produits chimiques utilisés dans les cosmétiques influaient sur la précocité de la puberté chez les jeunes filles

Les produits chimiques influent bien sur les hormones. Selon une étude américaine de l’université de Berkeley (Californie) et publiée dans Human Reproduction, les composants chimiques tels que les phtalates, les parabens ou les phénols sont responsables de la puberté précoce des jeunes filles.

Les données de 338 couples mères-enfants de la phase de grossesse à l’adolescence ont été analysées. Durant la grossesse des mamans, des tests d’urine et des questionnaires ont été réalisés. Les chercheurs ont ensuite analysé l’urine et le développement des 179 filles et 159 garçons issus de ces grossesses lorsqu’ils étaient âgés de 9 à 13 ans.

90 % des échantillons contenaient des composants chimiques

Les trois composants chimiques cités précédemment, que l’on trouve dans les déodorants, les parfums, les vernis à ongle ou encore dans les emballages plastiques, ont été retrouvés dans 90 % des échantillons.

A chaque fois que la dose de phtalate était doublée, en comparaison à un indicateur de base, le développement des poils pubiens chez une jeune fille arrivait un mois et trois semaines plus tôt que l’âge moyen. Quand la base de triclosan (type de phénol) était doublée, en comparaison à un indicateur de base, les menstruations arrivaient un mois plus tôt que la moyenne.

L’impact est en revanche très peu visible sur les jeunes garçons

Des études avaient déjà été réalisées sur des rats, prouvant que les phénols, les parabens, et les phtalates étaient des perturbateurs endocriniens qui avaient une influence sur les hormones naturelles du corps. Cette nouvelle étude prouve que ces composants chimiques ont un réel impact sur le développement naturel des enfants vers l’adolescence.


Le Dauphiné