Il faut croire que le franc-maçon Alexandre Benalla n’est pas prêt d’arrêter ses bêtises et que cette affaire d’État nous réserve encore de belles surprises…


Mediapart a pu identifier plusieurs documents produits par Alexandre Benalla sur lesquels planent aujourd’hui des soupçons de faux, mais aussi plusieurs mensonges proférés dans le cadre professionnel par l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron pour obtenir certains avantages.

Cela commence à ressembler à un inventaire à la Prévert. Déjà mis en cause pour des violences volontaires le 1er mai 2018 et pour l’utilisation « sans droit » de ses passeports diplomatiques ; visé par une enquête pour « atteinte à la manifestation de la vérité » après la probable destruction de preuves ; par des investigations sur un possible port d’armes illégal – l’affaire du « pistolet à eau » –, mais aussi par une autre enquête pour « corruption » s’agissant de ses contrats russes, Alexandre Benalla est aussi soupçonné de « faux » et d’« usage de faux ». […]


, et

Médiapart