C’est une des arnaques les plus en vue du moment : le bio et tout ce qui a trait au bien-être,  bla bla bla. N’importe quel produit : légume, fruit, laitage, biscuit, chocolat… peut,  comme par un tour de magie, voir son prix multiplié par 10 s’il est estampillé bio ; on se demande bien pourquoi ? D’autant que ça ne correspond à aucune réalité économique ; mieux encore, ça devrait coûter moins cher puisqu’on fait l’économie des engrais et autres pesticides !!! On en arrive à vendre, à poids égal, des légumes au prix de la viande !


À coups de marges et de magouilles, l’industrie du bio rapporte en France beaucoup d’argent. 7,15 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016, c’est 3,5 fois plus qu’il y a 10 ans.

Le bio, de plus en plus, est présenté comme une industrie accessible, à protéger, à développer… Selon Alain Bazot, président de UFC-Que choisir, sous couvert d’environnement et de santé, les « défenseurs du bio (…) se gavent de marges au passage. » Explications.

Discrédité par A+B

Pour simplifier, Alain Bazot propose le calcul suivant : pour un produit,  « en conventionnel, il est acheté 1€, il est revendu 2€. » La marge est alors de 1€.

Pour le bio, même système, mais plus cher : « En bio, il est acheté 2€ (…) et la marge, au lieu d’être de 1€, elle va être de 2€. » Deux fois plus de marge, pour le même coût de distribution.

La magouille du taux de marge

La FCD, le Fédération du Commerce et de la Distribution, a réagi à cette critique en clamant que le taux de marge restait identique pour le bio. Selon Alain Bazot, tout réside dans cette subtilité : « s’ils appliquent le même taux de marge, ça veut dire que comme à l’achat ça coûte plus cher, du coup leur marge est plus importante. »

« Enjeu économique, enjeu sanitaire »

Il devient alors « urgent » d’agir, car l’enjeu est à la fois économique, avec pour responsable la grande distribution et un « blocage » du consommateur à dépenser plus, et sanitaire, avec dans notre assiette « moins de cochonneries dedans. »

Par an, les consommateurs de bio dépensent 292€ de plus. 135€ correspondraient aux sur-marges des distributeurs.


France TV Info