Premièrement, on ne peut que constater que les médias français ne relaient jamais de ce genre d’information alors que si cette séparation entre les femmes et les hommes s’était produite dans un pays musulman lors d’un concert de musique, ils auraient tous criés au scandale ! Mais vu que ça se passe à Tel-Aviv, personne n’a le courage d’émettre la moindre critique d’autant que celle-ci contredit toute la propagande de l’entité sioniste, « le seul pays démocratique du Moyen-Orient, progressiste »… bla-bla-bla ! Deuxièmement, on se demande bien de quel droit quiconque pourrait critiquer le choix de ces gens. Ils font ce qu’ils veulent, conformément à leurs croyances, et ils en ont parfaitement le droit.


C’est une nouvelle bataille juridique entre religieux et laïcs.

Cette fois-ci, il s’agit d’un concert de musique ultra-orthodoxe organisé dans un parc public de la ville d’Afula, dans le nord d’Israël. Le débat a porté sur la séparation entre hommes et femmes dans l’audience.

Inconnu jusque là du grand public, le chanteur Motty Steinmetz a réussi à remplir le parc municipal d’Afula. Face à lui des dizaines de milliers d’ultra-orthodoxes. Autre particularité : les hommes et les femmes étaient séparés par une paroi de deux mètres de haut.

Ce concert a suscité un véritable débat en Israël, et aussi des décisions judiciaires contradictoires en série. La dernière d’entre elles est tombée alors que le spectacle était déjà bien entamé. La loi israélienne interdit ce genre de discrimination dans les lieux publics.

Décision discriminatoire

D’ailleurs, la municipalité d’Afula a été contrainte il y a tout juste deux semaines d’annuler une décision de n’autoriser l’entrée de ce même parc qu’aux habitants de la ville. Cette décision est considérée comme discriminatoire à l’égard de la population arabe des agglomérations avoisinantes.

Pour ce qui est du concert, les organisations féministes se sont confrontées aux partis religieux. Et même le chanteur lui-même, âgé de 26 ans, a déclaré qu’il refusait de se produire devant un public mixte.

Quant au maire d’Afula, il a fait remarquer que le concert de Motty Steinmetz était le seul événement sur les 300 organisés par sa ville pendant l’été à avoir séparé les hommes et les femmes et qu’il était destiné à la population ultra-orthodoxe.


Photo d’illustration : la ville d’Afula, dans le nord d’Israël. AHMAD GHARABLI / AFP

Michel Paul, correspondant à Jérusalem, 

RFI

15 août 2019