Le régime corrompu, au pouvoir en Algérie, a voulu alcooliser toute la jeunesse en important ces quantités astronomiques de bière ukrainienne. Sans oublier bien sûr les médicaments et le cannabis ainsi que les drogues dures comme la cocaïne que les généraux importaient depuis fort longtemps. L’Ukraine exporte presque autant de bière en Algérie qu’en Russie alors que l’Algérie est censée être un pays musulman qui ne consomme pas d’alcool ! N’est-ce pas curieux ? Il faut savoir également que ce type de business en Algérie est complètement et entièrement contrôlé par les généraux (cf. cas du général Atailia).

Ils ont voulu pratiquer la politique des colons européens en Amérique du Nord qui ont alcoolisé au maximum les Indiens afin de les affaiblir et de détruire leur tissu social. Stratégie gagnante comme on peut le constater aujourd’hui. Il n’est même plus question d’un interdit religieux mais de santé publique !

Alors que Monsieur Gerhard Gmel, épidémiologiste spécialisé en addictions, déclare que « Les ravages de l’alcool sont largement sous-estimés », en Algérie les autorités aggravaient la situation afin de détruire encore plus la société en s’attaquant à sa jeunesse. Malgré ça, le réveil a été possible, ce qui ne fait que confirmer l’aspect miraculeux du 22 février 2019 !


En 2017, l’Algérie a importé de l’Ukraine, 18 millions de litres de bière, représentant 17.7% des exportations du pays de l’Europe de l’est pour le même exercice.

Figurant ainsi, dans le top 3 des importateurs de bière ukrainienne.

En effet, selon les des données publiées samedi 16 juin, par le site ukrainien UBR, qui rappelle qu’en 2016, le volume des exportations de l’Ukraine a connu une augmentation progressive, et qu’en 2017, les mêmes exportations ont connu une hausse de 49,4% par rapport à 2016.

Selon la même source, Ceci est principalement dû à « l’augmentation des exportations de bière vers l’Algérie », qui rappelle qu’« en 2014, la moitié de la bière exportée a été expédié en Russie, 20% en Biélorussie et presque la même quantité qu’en Moldavie ». Mais, pour l’année dernière (2017), « la bière ukrainienne n’a pas été expédiée vers la Russie, la Biélorussie et à la Moldavie, dont les exportations ont diminué de 8 millions de litres, mais le secteur de la bière est soutenu par de nouveaux marchés, qui a vu l’exportation de 18 millions de litres de bière en Algérie ».

Dans une déclaration à la chaîne CNN, l’expert financier Ferhat Ait Ali a trouvé étrange le fait que l’Algérie soit classée comme étant le 3ème importateur de bière ukrainienne, alors que, aucune marque de bière de ce pays n’est présente sur le marché algérien.

Ferhat Ait Ali pense que « certains producteurs locaux de boissons alcoolisées préfèrent importer la matière première pour l’emballer simplement, et ce, pour plus de gains générés par cette méthode », en notant que « la loi algérienne a permis la production, l’importation et la commercialisation de la bière ».

D’après l’expert « l’Algérie est le premier consommateur de bière en Afrique, dépassant même l’Afrique du Sud, et ce , en dépit de la fermeture des bars et débits de boissons.  »

Les mêmes statistiques, notent que, pour les 11 mois de l’exercice 2017/2018 (juillet-mai), 123,9 mille tonnes de bière ont été exportées de l’Ukraine, une progression de 16% de plus par rapport à la saison écoulée.

Selon la même source la bière ukrainienne est expédiée vers 37 pays, et les pays africains restent les principaux consommateurs de la bière ukrainienne.


Arezki Benali

Algérie Éco

17 juin 2018