Cette intervention va agacer beaucoup de Parisiens haineux, laquais de Big Pharma. Il faut dire que le secrétaire général de l’Ordre des médecins de la région PACA est très logique et très sain dans sa réponse : il est là pour défendre les intérêts des médecins (et des patients) dans leur liberté de prescription.

On aimerait que le Conseil National de l’Ordre fasse de même alors qu’il a brillé par son absence tout au long de cette crise, voire par sa complicité à valider les sottises de l’exécutif.