Le prix de 11 000 $ nous paraît largement excessif mais cette histoire démontre à quel point l’argent règne en maître dans les sociétés occidentales. Il faudra également revenir sur les prix de certains dispositifs médicaux mais également des médicaments qui sont vendus excessivement cher sous prétexte de recherche et développement alors que ceci est totalement faux, il suffit de voir à quel point Big Pharma est riche pour le comprendre.


La valve coûte généralement environ 11 000 $ – les bénévoles les ont faites pour environ 1 $.

Un fabricant de dispositifs médicaux a menacé de poursuivre en justice un groupe de volontaires en Italie pour avoir imprimé en 3D une valve utilisée pour des traitements vitaux contre les coronavirus. La valve coûte généralement environ 11 000 $ du fabricant du dispositif médical, mais les volontaires ont pu imprimer des répliques pour environ 1 $ ( via Techdirt ).

Un hôpital en Italie avait besoin des valves après s’être épuisé pendant le traitement des patients pour COVID-19. Le fournisseur habituel de l’hôpital a déclaré qu’il ne pouvait pas fabriquer les valves à temps pour traiter les patients, selon Metro . Cela a lancé une recherche d’un moyen d’imprimer en 3D une pièce de réplique, et Cristian Fracassi et Alessandro Ramaioli, qui travaillent pour la startup italienne Isinnova, ont proposé l’imprimante de leur entreprise pour le travail, rapporte Business Insider .

Cependant, lorsque la paire a demandé au fabricant des vannes des plans qu’ils pouvaient utiliser pour imprimer des répliques, la société a refusé et menacé de poursuivre pour contrefaçon de brevet, selon Business Insider Italia . Fracassi et Ramaioli ont quand même progressé en mesurant les valves et en imprimant en 3D trois versions différentes.


« [Les patients] étaient des personnes en danger de mort et nous avons agi. Période », a déclaré Fracassi dans un message sur Facebook . Il a également déclaré que «nous n’avons aucune intention de tirer profit de cette situation, nous n’allons pas utiliser les conceptions ou les produits au-delà du strict besoin de nous forcer à agir, nous n’allons pas diffuser le dessin ».


Cristian Fracassi
Diamo a Cesare quel che è di Cesare
Permetteteci una nota, perché il tam tam mediatico che si è generato dopo la produzione delle valvole per i respiratori che abbiamo realizzato con le stampanti 3D sta prendendo un via sempre più lontana dalla verità.
Innanzitutto, è vero: abbiamo ricevuto una telefonata, ci è stato detto che nell’ospedale di Chiari mancavano le valvole per i respiratori e le persone stavano morendo. La via ordinaria, quella dell’approvvigionamento di pezzi

Afficher la suite

Voici un bon aperçu des vannes, partagé par la ministre italienne de l’Innovation technologique, Paola Pisano sur Twitter .


@PaolaPisano_Min

Complimenti a Cristian Fracassi, @temporelli73 e tutte le persone che lo hanno aiutato nella impresa di stampare in 3d le valvole mancanti per i respiratori dell’Ospedale di Chiari a Brescia. 
(qui l’articolo completo http://bit.ly/3d0JQ4b  

View image on Twitter

L’Italie compte plus de 31 500 infections confirmées à COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, et plus de 2 500 décès confirmés. Les deux chiffres ne suivent que la Chine.


 Photo d’illustration : Massimo Temporelli

The Verge
17 mars 2020