Voici l’article de presse qui nous apprend le revirement total de l’un des suspects dont les déclarations ont totalement changé, ce qui implique que le mobile antisémite initialement mis en avant est en train de s’effriter, voire totalement s’écrouler. Quant au cri de « Allah Akbar » il faudra être totalement stupide et décérébré pour être tenté d’affirmer à la barre que c’est une preuve d’antisémitisme, car on ne voit pas quelle juge pourrait croire à de telles sornettes étant donné que cette formule est prononcée des dizaines de fois par jour par les musulmans, pratiquants notamment, et qu’elle n’a strictement rien à voir ni avec le djihad et encore moins le terrorisme. C’est une formule religieuse classique qui signifie « Dieu est le plus grand », tout simplement.


Le Parisien – Aujourd’hui en France a pu consulter la dernière audition d’Alex C., le seul suspect à avoir évoqué le mobile antisémite.   

Alors que son complice doit être entendu ce mardi, il esquisse désormais la piste d’une vengeance contre la retraitée juive.

« J’ai cru entendre parler de certaines conversations, qu’en fait, je n’ai pas entendues. J’étais sous le choc. » Interrogé le 13 avril par la juge d’instruction, Alex C. opère un inattendu revirement à 180 degrés.

Le jeune délinquant de 22 ans, co-suspect dans le meurtre de Mireille Knoll, retire ce qu’il a déclaré en garde à vue. Son complice Yacine M., qu’il accuse d’avoir porté les coups mortels, n’aurait finalement pas reproché à la victime « les moyens financiers et la bonne situation des juifs ». « Ils ont juste parlé de la guerre de 39-45 avec l’extermination des juifs et de la libération d’Algérie », corrige-t-il, selon ses nouvelles déclarations dont nous avons pris connaissance.

Deux mois après le meurtre de la retraitée juive de 85 ans, retrouvée tuée au couteau et brûlée dans son appartement du XIe arrondissement de Paris, la piste antisémite apparaît de plus en plus friable. L’affaire avait ému la classe politique, qui y voyait le symptôme d’un antisémitisme qui prospère dans les quartiers multiconfessionnels.

C’est sur la base des déclarations initiales d’Alex C. que la justice avait retenu cette circonstance aggravante.

Alex C. cambrioleur récidiviste, et Yacine M., 28 ans, voisin de la vieille dame, étaient les seules personnes présentes au moment du crime. Tous deux ont été mis en examen pour « homicide à raison de l’appartenance religieuse de la victime », dans l’attente de pouvoir départager les responsabilités.

« Il lui disait : Tu vas me le payer »

« Êtes-vous aujourd’hui embêté de parler de (religion), compte tenu de la qualification des faits et de la médiatisation ? », insiste la juge ce 13 avril, pour vérifier la sincérité de la marche arrière d’Alex C. « Non je ne suis pas du tout embêté. (…) Je suis athée », rétorque l’intéressé. Et d’ajouter qu’il ne « pense pas » non plus que Yacine M. ait tué Mireille Knoll parce qu’elle était juive.

Les policiers du 2e district de la police judiciaire de Paris explorent désormais la piste du crime crapuleux. Lors de son audition, Alex C. a évoqué une possible vengeance de son ami, exacerbée par l’alcool et la paranoïa.

Appelé pour dérober des objets de valeurs dans le HLM, il aurait été témoin d’une ultime conversation qui dégénère entre Yacine M., ivre, et la vieille dame. « Il lui disait : Tu vas me le payer, j’ai pas été à l’enterrement de ma sœur. Tu m’as balancé (…) Madame Knoll disait : Laisse-moi tranquille, je n’ai rien à voir par rapport à la mort de ta sœur », relate Alex C.

Une rancœur mûrie par Yacine M. ?

Vérification faite par les enquêteurs : la sœur de Yacine M. est bien morte des suites d’un accident vasculaire cérébral à l’été 2017. À l’époque, le jeune homme est en prison pour avoir touché la cuisse de la fille de l’aide-soignante de Mireille Knoll, 12 ans, et lui avoir formulé des propositions sexuelles. Les faits ont eu lieu en février 2017 dans une chambre d’ami chez la vieille dame, alors qu’ils regardaient la télévision. Condamné, Yacine M. obtient une permission de sortie pour la mise en bière de sa sœur. Mais il ne peut assister à l’enterrement, qui se déroule en Algérie.

A-t-il mûri une incompréhensible rancœur contre la retraitée, elle qui lui a pourtant pardonné ses erreurs ? À Alex C., qu’il a rencontré à la maison d’arrêt, il avait prétendu qu’il avait été condamné pour « trafic d’armes », une infraction moins déshonorante. « J’ai appris par la suite sur BFM pourquoi il était tombé », raconte son ancien codétenu.

De multiples plaies par arme blanche

Selon Alex C., la dispute est si violente que Yacine M. « en a marre » et saisit Mireille Knoll, impotente, pour l’emporter jusqu’à sa chambre. Là, il entend « un bruit sourd » et aperçoit son ami égorger la retraitée. Il maintient que ce dernier a dit, sans crier, « Allahou akbar », sans toutefois l’interpréter comme un fond antisémite.

« Il lui a mis plusieurs coups de couteau. Le dernier, c’était dans la carotide. Il l’a étranglée et il m’a dit : Regarde, elle n’est plus en vie, elle a payé pour ce qu’elle a fait. »

Une nouvelle expertise atteste de blessures au cou. « Le décès est consécutif à de multiples plaies par arme blanche, dont une cardiaque (au niveau du cœur) », écrit le médecin légiste.

Les deux hommes se dirigent ensuite vers l’appartement de la mère de Yacine M., qui nettoie aussitôt le couteau ensanglanté et les aide à se débarrasser des bouteilles d’alcool. Elle a depuis été mise en examen pour « modification des preuves d’un crime ». Quinze traces de sang ont été décelées dans son appartement.

Des images tournées dans un bar intriguent

Les policiers ont retrouvé des images de vidéosurveillance troublantes. Elles ont été tournées le soir du meurtre, dans un bar situé à quelques mètres de l’immeuble. On y voit Alex C. « accablé » et affalé sur une table tandis que Yacine M. apparaît « joyeux ». Ce dernier plaisante avec les clients du bar et la gérante, qu’il connaît bien. Le signe, pour l’avocat d’Alex C., que la version de son client tient la route.

« La justice est allée trop vite sur le mobile antisémite, observe Me Karim Laouafi, qui n’exclut pas de demander une requalification des faits. Mon client ne connaissait pas Mireille Knoll alors que Yacine M. entretenait un contentieux avec elle. »

Dans une lettre adressée à la juge d’instruction le 18 avril, Alex C. a demandé une confrontation avec Yacine M. pour lui demander pourquoi il rejette la paternité du meurtre sur lui. Les enquêteurs n’excluent cependant pas une co-responsabilité dans les coups mortels : ils sont suspendus aux analyses ADN des couteaux retrouvés.

Yacine M. doit être réentendu ce mardi après-midi sur […]


Jérémie Pham-Lê et Jean-Michel Décugis – Le Parisien