Berbère TV multiplie les provocations puisque, après avoir invité l’agent du système Said Sadi samedi dernier, elle récidive en invitant demain l’agent Sifaoui ! Vous savez ce qu’il vous reste à faire : poser les bonnes questions, voir la vidéo ci-dessous pour plus de détails sur le CV de ce sacré numéro qui ose se présenter aujourd’hui comme un grand hirakiste luttant contre la mafia des généraux alors qu’il a passé les 25 dernières années à affirmer l’inverse, allant jusqu’à témoigner devant la 17e Chambre à Paris, en faveur d’un sanguinaire, le général putchiste Khaled Nezzar,  actuellement en cavale !

Faut dire que Sifaoui n’a pas de limite, car malgré sa proximité avec BHL – à l’instar de Said Sadi -, le Crif et le lobby sioniste, il ose venir donner son avis sur la situation algérienne qu’il ignore tant.

L’article ci-dessous a été réalisé par le site Oumma qui rappellera aux amnésiques et aux plus jeunes à quel point M. Sifaoui est un manipulateur (affaire du faux reportage concernant la mafia chinoise !).

Sifaoui Dégage !




Une énième polémique à propos d’un reportage de M. Sifaoui : l’infiltreur infiltré ?

Une information qui, si elle s’avérait exacte ne manquerait pas d’ironie. Mohamed Sifaoui, l’homme qui débusquait les « terroristes islamistes » avec plus de talent que tous les services antiterroristes occidentaux réunis aurait fait l’objet d’une véritable farce. Le piégeur piégé ! Le journaliste sulfureux est depuis des années au centre de nombreuses polémiques[1], ce qui n’a pas empêché un grand nombre de médias de diffuser ses reportages sensationnalistes -y compris Arte[2]qu’on dépeint pourtant parfois au sein du paysage audiovisuel comme un havre d’intelligence dans un océan de médiocrité.

Ici, il « débusquait » Tariq Ramadan pour le plus grand plaisir d’Envoyé Spécial, émission phare de France 2, (qu’on a connue dans un passé pas si lointain beaucoup mieux inspirée) ailleurs il traquait le terroriste pour Zone interdite, sur M6. A l’aide d’une caméra cachée, il savait mieux que quiconque se faire accepter dans une mosquée, et susciter à grands renforts de tapes sur l’épaule et de « mon frère » complices des déclarations enflammées d’imams, avant de les diffuser à la télévision française pour faire trembler les « bons français » dans leur chaumière.

L’excellente émission « Arrêt sur images » dont la diffusion a été malheureusement interrompue avait déjà consacré un reportage[3] très intéressant sur ses méthodes controversées.

Pour changer un peu des islamistes[4], Sifaoui a voulu récidiver dans un genre dans lequel il excelle en infiltrant la mafia chinoise[5]. Des dizaines d’associations chinoises[6] se sont indignées des méthodes d’un reportage qu’elles estiment nuire délibérément à leur communauté, mais plus encore de propos haineux qu’elles attribuent à son auteur (voir notre compte-rendu plus bas).

Mais il y a mieux : l’affreux que Sifaoui dit avoir débusqué au terme d’une enquête de longue haleine ne serait autre…qu’un acteur. Cet ancien homme d’affaires reconverti dans le cinéma[7] s’en explique en arguant du fait qu’il a voulu discréditer les qualités d’investigateur d’un journaliste qui n’aurait d’autre but que le racolage. Il aurait ainsi mis ses talents d’acteur au service de ce dévoilement, se faisant au passage un fameux coup de publicité ! L’infiltreur infiltré ?

En guise d’acte final, citons l’appel désespéré de Mohamed Sifaoui publié sur son blog[8] adressé au…président de la République, dans lequel il s’indigne des sanctions que les deux membres des RG chargés de sa protection auraient reçues. Après avoir vu sa vie menacée par les « islamistes », Sifaoui serait à présent mis en danger par l’inconséquence des RG…pourquoi tant de haine ?

Nous avons interrogé J. Aragonès, le directeur de la rédaction de Droits de Savoir, diffusé sur TF1. Il qualifie les accusations de Lebrun de « fantaisistes » et nous invite à nous renseigner sur le personnage dont il pense qu’il n’est pas acteur. De fait, Lebrun ne fait pas mystère de ses démêlés passés avec la justice, mais il reconnaît des faits de délinquance sans lien aucun avec le grand banditisme, le blanchiment d’argent, le trafic d’armes et autres activités mafieuses. Par ailleurs, selon le journal Métro qui a interrogé le réalisateur Eric Atlan, Lebrun ferait bel et bien partie du casting du film Garuda, comme il s’en vante sur son blog.

Jean-Marie Le Guen député du 13e arrondissement parisien était l’invité de RTL en compagnie de M. Sifaoui le 4 décembre dernier. Le député a violemment interpellé Sifaoui sur ses méthodes journalistiques, mettant en doute sa probité. Selon J-M Le Guen, le reportage aurait « nourri des clichés stigmatisants » envers les Asiatiques, s’éloignant « à 99% » de la réalité. Le député parle même de « polar de série Z » pour qualifier le document de Sifaoui. S’étonnant des séquences où Lebrun montre un stock d’armes, le député très en colère suggère même qu’il pourrait s’agir de fausses armes[9]