Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Santé

Produits chimiques : nos enfants en danger (Cash investigation) 

En France et partout dans le monde, médecins et chercheurs lancent l’alerte sur les effets des produits chimiques sur le développement des enfants. Augmentation des cancers infantiles, multiplication des anomalies de naissance ou des troubles hormonaux, explosion de l’autisme : toutes ces pathologies pourraient bien avoir des causes environnementales. Les pesticides apparaissent en première ligne dans les rapports des chercheurs. Six multinationales contrôlent ce secteur : Syngenta, Bayer, Monsanto, Dow, BASF et Dupont. Elles règnent presque sans partage sur un marché colossal qui pèse cinquante milliards d’euros. Pendant un an, l’équipe de « Cash Investigation » a suivi à la trace leurs molécules. Certaines, dangereuses, s’invitent dans l’air que les enfants respirent tous les jours.

Informations

Explosion du nombre de cas d’autisme : épidémie ou diagnostic plus performant ? 

C’est toujours pareil, la même stratégie des autorités de santé criminelles et corrompues par Big Pharma : si les cas augmentent c’est à cause d’un meilleur diagnostic ! Faux car cette astuce a été utilisée pour d’autres cas comme le cancer du sein ou de la prostate en créant des faux cas à traiter inutilement pour le bénéfices de Big Phrama et de sa bourse.

Santé

Dangers de la vaccination : la lucidité d’un pharmacien exceptionnel 

Pharmacien depuis 38 ans, Serge Rader est co-auteur du livre « Le racket des laboratoires pharmaceutiques : et comment s’en sortir » dans lequel il dénonce, entre autres dangers, le péril de la vaccination telle qu’elle est conçue actuellement. Il relève, lui aussi, l’incohérence et l’absurdité de l’obligation vaccinale portant sur le vaccin trivalent DTPolio, alors qu’il est introuvable en pharmacie depuis plusieurs années. Comment expliquer alors la disponibilité d’un vaccin hexavalent ? s’interroge-t-il. Cela ne peut s’expliquer que par l’appât du gain, sachant que ce dernier est plus cher et donc plus rentable. Il s’agit donc de ruptures délibérément créées pour obliger les médecins et les parents à se rabattre sur les hexavalents. L’auteur rappelle le danger des divers adjuvants, conservateurs et autres nanoparticules contenus dans les vaccins, citant une liste impressionnante de métaux et autres particules retrouvés après analyses effectuées en Suisse ; ces substances étant responsables de pathologies graves, comme l’autisme et autres maladies neurodégénératives invalidantes. Serge Rader considère à juste titre que l’éradication des maladies contagieuses n’est pas due à la vaccination mais à l’amélioration notable des conditions de vie ainsi que de l’hygiène corporelle et générale. Aussitôt, il cite le cas de Michèle Barzach, ancienne ministre de la Santé de 1986 à 1988 et présidente de l’UNICEF de 2012 à 2015, qui passe son temps à ramasser des sous pour offrir des vaccins aux populations défavorisées, de par le monde, alors que ces sous devraient servir à garantir une meilleure hygiène, avec notamment l’accès à l’eau potable et au tout à l’égout. Si Marisol Touraine, l’actuelle ministre de la Santé qui n’a aucune formation médicale, semble s’intéresser à la problématique de la vaccination en initiant un large débat, il est à craindre, comme le souligne l’auteur, que les experts en charge de cette étude soient liés aux groupes pharmaceutiques et qu’il y ait donc un conflit d’intérêts nuisible à l’objectivité de l’étude. Marie-Odile Bertella-Geffroy, co-auteure du livre, a été juge d’instruction au pôle santé et apporte un témoignage de grande valeur sur la non-indépendance de la justice, ce qui se traduit par la relaxe des inculpés ou par un classement sans suite de ces affaires, autre preuve de la puissance des lobbys industriels. Serge Rader parle de justice semblable à celle des républiques bananières. La corruption passive n’est pas en reste. L’auteur cite le cas de l’ancien ministre de la Santé, Philippe Douste Blazy et sa méga campagne de 1994 contre l’hépatite B menée tambours battants, sachant que sa propre campagne des législatives a été financée par les laboratoires SKB, fabricant du vaccin. Roselyne Bachelot-Narquin s’est elle aussi distinguée par son implication dans le scandale du vaccin contre la grippe H1N1 qui a entraîné la perte de 2 milliards €, partis en fumée. Enfin, il faut savoir qu’une politique raisonnable de santé publique pourrait permettre d’économiser 10 miliards € sur nos dépenses de médicaments. Tout est question de volonté politique.

Santé

Quand le Sénat reconnaît l’absurdité des vaccins (Consternant !) 

Merci beaucoup à la personne qui nous a envoyé cet article du site officiel du Sénat, en rapport avec un travail parlementaire sur l’évaluation des politiques de santé, plus spécialement les vaccins et leurs enjeux. On y retrouve deux passages exceptionnels, extraordinaires, inouïs dont les auteurs sont le président de l’office parlementaire lui-même Jean-Michel Dubernard et le docteur Fabien Wild.

Santé

Vaccins, rétrovirus, ADN et la découverte qui a détruit la carrière de Judy Mikovits 

Judy Mikovits, biochimiste, spécialiste en biologie moléculaire avec plus de 33 ans d’expérience. Connue internationalement comme une véritable « Rock Star » du monde scientifique, elle a été directrice, à l’Institut National du Cancer, du laboratoire qui étudie les mécanismes des médicaments antiviraux avant de prendre la direction du programme de la biologie du cancer à l’ « EpiGenX Pharmaceuticals ». C’est elle qui a fondé le premier institut de neuroimmunologie. Ses premiers travaux se sont centrés sur le cancer et le HIV. Ensuite, elle a étudié le Syndrome de Fatigue Chronique et l’autisme. Elle a publié plus de 50 articles évalués par les pairs. En 2011, elle a fait une découverte qui a détruit sa carrière. Elle a découvert que 30% au moins de nos vaccins sont contaminés par des gammarétrovirus. Cette contamination est, non seulement associée à l’autisme et au syndrome de fatigue chronique, mais également à la maladie de Parkinson, la maladie de Lou Gehring et à la maladie d’Alzheimer.