Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Propaganda

La fausse prise de la Bastille : 2 fous, 4 faussaires et un pervers libérés ! 

Voici enfin que la version officielle correspond à la version du complot. La Bastille était très mal vue car le roi pouvait y emprisonner des personnes sur simple lettre cachet. Qu’en est-il aujourd’hui ? Des pédocriminels, des banksters, des politiciens corrompus à millions, des violeurs… n’ont jamais goûté à l’ombre d’une cellule moderne de luxe tandis que le pauvre petit peuple peut s’y retrouver pour un simple défaut de permis ou non paiement de pension alimentaire !

À la une

La femme et la civilisation, par Lotfi Hadjiat 

Une fois n’est pas coutume, parlons cinéma. Du genre qui dénonce. Et en particulier d’un film, Much Loved, où Loubna Abidar se livre à un réquisitoire sans compromis contre la débauche et la corruption de la société marocaine, posant sans détour la question de la situation douloureuse des femmes dans ce pays… oppression, abus, prostitution, drogue, pédophilie… surtout à Marrakech, la ville qui a ouvert grand ses portes non seulement aux riches démons saoudiens mais aussi à toute la boue et toute la merde occidentales, et je ne parle pas seulement de cet immonde et dégoulinant Marrakech du rire… Dire de cette dénonciation courageuse qu’elle salit l’image de la femme marocaine et l’honneur du Maroc est effectivement d’une hypocrisie vertigineuse. Pour autant, la femme occidentale est-elle mieux lotie ?

Tradition

Les catholiques Vernochet et Sigaut décrètent la licéité de l’usure ! 

Qu’est-ce que ce gloubi-boulga idéologique insupportable dans lequel les extrêmes sont mélangés, sans que cela choque grand monde ? À l’instar de Soral et de ses soupes indigestes élaborées à base d’ingrédients puisés de son marxisme christique (sic), on assiste ici à une série de sottises assez affligeantes. Comment M. Vernochet* ose-t-il prétendre combattre le concept marxiste de la lutte des classes, alors qu’il fait face à la très soralienne Marion Sigaut ? Son maître à penser a construit toute sa folie autour de ce concept, il devrait tout de même le savoir.

À la une

Folie trinitaire, par Lotfi Hadjiat 

J’ai appris récemment la conversion à l’islam de l’ultra-nationaliste néerlandais Arnoud van Doorn, l’auteur avec Geert Wilders du film Fitna. Vous savez, ce court-métrage sorti en 2008 qui attaquait très violemment et très haineusement le Coran. Dieu a décidément beaucoup d’humour. Le plus drôle c’est le pic de conversion à l’islam après la sortie du film. Christine Tasin en a perdu son latin ! La singularité du Coran, c’est que, plus que tout autre livre, il est le miroir des cœurs ; aux cœurs justes il leur fait découvrir leurs merveilles insoupçonnées, et aux cœurs injustes leurs misères insoutenables, misères que ces injustes s’empressent d’attribuer au Coran lui-même !… Mais la plus belle merveille que le Coran donne à voir, c’est la paix insondable qui règne au fond du cœur. Et cette paix insondable n’est évidemment pas une passion du cœur, au contraire. Les passions tourmentent le cœur et l’éloignent de cette paix profonde. La passion pour le Christ ou pour Marie sont de ces passions. Passions nées d’erreurs. À l’endroit du Christ, tout particulièrement.

Lectures

Parution le 11 septembre 2015 du livre « Les ennemis de l’humanité » de Lotfi Hadjiat 

Avec des mots simples et un langage clair, Lotfi Hadjiat, à la lumière des Textes sacrés, offre au lecteur une histoire revisitée de la légende humaine, depuis l’ancêtre commun Adam, reconstituant ainsi avec bonheur la mémoire enfouie d’événement majeurs, à l’image du crime abominable commis par Caïn sur son frère Abel et dont nous payons à ce jour les conséquences. Comme nous le rappelle l’auteur, le salut ne peut être qu’individuel – chacun recherchant le sien propre – et il ne peut venir que d’une victoire remportée sur soi-même : « On ne peut vaincre que soi-même ; la plus belle victoire est une défaite, que dis-je, une soumission totale à la souveraineté divine. ». C’est tout un art de vivre, toute une philosophie.