Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Informations

Morgan Prie$t : la massification du baptême au rythme de la caisse enregistreuse 

Le rire à gorge déployée est réellement salvateur car lui seul peut nous délivrer d’une telle scène burlesque et invraisemblable. Après avoir déposé à l’INPI son nom d’emprunt, le nom sous lequel il officie et exerce son « ministère », et dont il craint qu’il ne lui soit usurpé (sens aigu de la propriété oblige !), Morgan « Prie$t » Le Bail se livre dans ce montage hilarant à un baptême de masse, au rythme affolant de la caisse enregistreuse. Bravo à Quenellator et son équipe pour ce travail de fourmi assez fastidieux et très utile pour mon procès… La massification d’un rite qui devrait être réfléchi et réalisé sans aucune contrepartie d’aucune sorte, dans une atmosphère d’isolement et de recueillement, faisant suite à un long cheminement spirituel, ne fait que le dévaloriser aux yeux de tous, surtout lorsque l’officiant se distingue par son extravagance et une excentricité confinant au ridicule.

Propaganda

La fausse prise de la Bastille : 2 fous, 4 faussaires et un pervers libérés ! 

Voici enfin que la version officielle correspond à la version du complot. La Bastille était très mal vue car le roi pouvait y emprisonner des personnes sur simple lettre cachet. Qu’en est-il aujourd’hui ? Des pédocriminels, des banksters, des politiciens corrompus à millions, des violeurs… n’ont jamais goûté à l’ombre d’une cellule moderne de luxe tandis que le pauvre petit peuple peut s’y retrouver pour un simple défaut de permis ou non paiement de pension alimentaire !

À la une

La femme et la civilisation, par Lotfi Hadjiat 

Une fois n’est pas coutume, parlons cinéma. Du genre qui dénonce. Et en particulier d’un film, Much Loved, où Loubna Abidar se livre à un réquisitoire sans compromis contre la débauche et la corruption de la société marocaine, posant sans détour la question de la situation douloureuse des femmes dans ce pays… oppression, abus, prostitution, drogue, pédophilie… surtout à Marrakech, la ville qui a ouvert grand ses portes non seulement aux riches démons saoudiens mais aussi à toute la boue et toute la merde occidentales, et je ne parle pas seulement de cet immonde et dégoulinant Marrakech du rire… Dire de cette dénonciation courageuse qu’elle salit l’image de la femme marocaine et l’honneur du Maroc est effectivement d’une hypocrisie vertigineuse. Pour autant, la femme occidentale est-elle mieux lotie ?