Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Géopolitique

Une troisième guerre de Trente Ans, par Pierre Dortiguier 

Bis repetita placent, est un dicton latin, et en effet la répétition plaît à ceux qui vivent de la terreur et du sang versé, en exploitant les angoisses humaines, tant de l’âme que de l’esprit et du corp ! Particulièrement au centre de l’Europe, quand las des guerres civiles dans leur propre camp, les loups de la démocratie et les renards des fausses religions et des loges se précipitent sur le peuple le moins par nature enclin aux déchirements, et luttes intestines. De Gaulle, dont le père enseignait de la philosophie et fut lui-même bon germaniste, comme en témoignent ses discours, notamment devant les élèves-officiers sarrois, le savait, en reprenant la formule de l’ignoble alcoolique et secrétaire aux colonies, Churchill qualifiant le dernier conflit mondial de seconde guerre de Trente Ans…

La chauve-souris d’Istanbul, par Pierre Dortiguier 

Dans le cochon, selon un dicton paysan assurément non musulman, tout est bon, mais les pieux et les végétariens raisonnables, ceux qui suivent le légendaire Pythagore, s’en abstiennent, et au contraire, tout, à parler morale, dans Erdogan, est faux, trompeur, empoisonné, illusoire. Il est un prestidigitateur accompli dans le cirque sanguinaire proche-oriental et conduit fatalement son pays à la perte d’influence, au désordre ethnique et à la participation au chaos constructif voulu par la Fraternité internationale dont la Muslim Bretherhood est un des exécutants !

Géopolitique

Apologie de J.-P. Gourévitch sur l’islamisme et l’immigration ! par Pierre Dortiguier 

Il fut, de quelques mois plus jeune, né en 1941, sous le signe économe de la Vierge, et donc aimant la précision, détestant le gaspillage de mots, notre cher camarade parisien, assis au premier rang d’hypokhâgne, en classe du lycée Louis le-Grand, dans l’acception quasi militaire du terme « Kamerad » que les Allemands ont conservée ; mais une armée, peut-on dire, gréco-latine, de discipline grammaticale et littéraire, cultivant le thème, la logique grammaticale et la dissertation, et non le superficiel commentaire, à la mode talmudique, de texte, la production et non l’imitation, intériorisant les modèles classiques sans les pasticher, alliant l’airain au fer, selon une authentique métaphore mosaïste !