Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
N.O.M

Les malades mentaux du progrès en plein délire ! 

On assiste au cours de cette discussion, d’une rare stupidité, à des perles de bêtises. On nous affirme que l’on va vivre 1000 ans et en même temps on nous parle de droit au suicide ! Contradiction lourde qui passe néanmoins tranquillement. Puis le dégénéré J. Attali nous explique que pour être immortel, il suffit à l’homme de se transformer en objet, car la table est immortelle contrairement à l’homme qui, lui, doit mourir ! Pourquoi pas, à la rigueur, pour les tables anciennes en bois précieux, 1 à 2 siècles de durée de vie est déjà immense ; ce n’est pas le cas pour les tables en carton d’Ikea… Blague à part, on n’a décidément que des malades mentaux et des sociopathes comme élite.

Interview et conférences

Conférence tenue à Bouira par le Pr Pierre Dortiguier sur le thème de la Modernité 

Voici la vidéo de la conférence tenue par le Professeur Pierre Dortiguier, le 6 décembre 2015, à l’université de Bouira, en Algérie, sur le thème de la modernité. Pour mieux comprendre son intervention, nous vous invitons à écouter les deux premières conférences de MM. Hadjiat Lotfi et Laïbi Salim car ces 3 interventions sont liées et complémentaires.

Dégénérescence

Pays-Bas, une loi autorise les moniteurs d’auto-école à être payés avec du sexe 

Autre pays, autres mœurs. Aux Pays-Bas, la prostitution est une activité légale depuis 2000. Il appartient aux communes de tenir un registre des établissements – appelés « entreprises de relaxation » – et des travailleurs de la branche. A côté de la prostitution visible en vitrine, une variété de formes plus mobiles coexiste : escort girls, filles en rue, prostitution à domicile, en clubs, etc. Et une nouvelle possibilité vient s’ajouter à la liste…

A l’initiative du moniteur

On croirait à un canular, un poisson d’avril. Ben non, pas du tout. Que ces porcs dégénérés osent critiquer l’Islam est tout simplement sidérant. On ne va entrer dans le détail d’une telle mesure ou ce qu’elle implique réellement, on va juste prendre acte de la décadence extraordinaire dans laquelle patauge l’Occident moderniste tout en se présentant au monde comme une Lumière à suivre…

Interview et conférences

Conférence tenue à Bouira par M. Salim Laïbi sur le thème de la Modernité 

Voici la vidéo de la conférence tenue par Salim Laïbi, le 6 décembre 2015, à l’université de Bouira, en Algérie, sur le thème de la modernité et de la faillite qui en a découlé. L’auteur présente, pour ainsi dire, son ouvrage, La Faillite du monde moderne, tout en prenant le soin d’avertir qu’il ne s’agit pas de tout rejeter en bloc, en niant les progrès évidents, mais de dénoncer le mauvais usage qui en a été fait. Rabelais disait déjà : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »

À la une

La dissidanse et Saint-Louis, par Lotfi Hadjiat 

Vomies par le Progrès, les foules d’esclaves accablés s’en vont dans le tumulte sacrifier leur âme au culte de l’argent ; ils ont fléchi devant Satan mais ne le savent pas. Certains leurs disent : « brisez vos chaînes ». Mais ils n’écoutent plus. Les esclaves de Satan ne rêvent plus de liberté car ils se croient libres, libres d’être exploités pour un salaire de misère, libres d’emprunter de l’argent pour se payer des vacances, libres de s’endetter, libres d’emprunter de l’argent pour rembourser leurs dettes… Ils espèrent tous réussir, s’enrichir, pour devenir des esclaves heureux. « Peut-on briser des chaînes de liberté ? », répondent-ils en ricanant. « Oui, si cette liberté est illusoire », leur répliquent certains autres, très peu nombreux, les esclaves de Dieu. « Mais n’êtes-vous pas vous-même des esclaves ? », leur répondent en s’esclaffant les esclaves de Satan. « Notre servitude est la plus douce des libertés », rétorquent les autres. « Vos croyances ne sont que de vieilles fables d’ignorants », leur répondent-ils en s’éloignant. Un esclave de Satan particulièrement accablé se rapproche des esclaves de Dieu et leur demande : « quelle est donc cette douce servitude ? ». « C’est une servitude à la volonté de Dieu ». « Et qu’est-ce que la volonté de Dieu ? ». « Œuvrer pour le bien ». « Et qu’est-ce que le bien ? », fit-il narquois. « C’est de servir l’être plutôt que l’image de l’être ». « Et qu’est-ce que l’être ? », dit-il toujours goguenard. « C’est ce qui n’est pas mû mais qui meut l’infiniment grand comme l’infiniment petit ». « Et qu’est-ce que l’image de l’être ? », s’esclaffa-t-il. « C’est l’homme… Avant sa chute, il était cette image, après la chute l’image se déforma… Avec la modernité, cette déformation devint extrême, modernité initiée par Satan, par la fameuse libido sciendi comme disait Saint-Augustin (ceci dit, la libido sciendi n’est pas forcément un mal, elle peut être un bien quand elle est dirigée vers Dieu, ce que prescrit l’islam, merveilleuse prescription transmise par les averroïstes mais malheureusement détruite par ces matérialistes d’alexandristes à la Renaissance, dans les universités de Padoue et de Bologne notamment). Même s’il n’avait rien compris à l’islam, Pascal avait raison : l’homme est « un monstre incompréhensible »… C’est bien pour cela qu’il doit s’en remettre à Dieu… plus que jamais… », répondit l’autre en souriant. « Sans parler de Dieu, on peut concrètement réorganiser les choses économiquement et politiquement, tu vois ce que je veux dire ?… troc, entraide, réseau solidaire, échange de services, mutualiser les efforts, mutualiser le pouvoir, et pourquoi pas, abolir l’argent… abolir cette grande arnaque qui nous détruit de A à Z… On fait le boulot, pensée virile ! ». « Bien-sûr les bonnes idées ne manquent pas… Mais pour qu’une bonne idée économique ou politique réussisse empiriquement, elle doit être appliquée moralement… Et c’est seulement en s’en remettant à Dieu que l’application morale devient effective… Lutter contre l’évasion fiscale est certes une merveilleuse idée mais totalement inefficiente lorsqu’elle est confiée à Cahuzac !… Sous le règne du pieux roi Saint-Louis, et seulement sous son règne, les Français n’ont pas connu de famine… Le but principal de Saint-Louis n’était pas le salut économique ou matériel de ses sujets mais leur salut moral, spirituel. Quand on vise prioritairement le salut spirituel, le salut économique suit tout naturellement ». Mais l’homme accablé n’écoutait déjà plus et rejoignit la foule en exécutant une danse bizarre, la dissidanse, une danse à trois temps : duplicité, provocation, vulgarité.

Interview et conférences

Conférence de M. Lotfi Hadjiat à Bouira sur la Modernité (06/12/15) 

Voici la conférence donnée par Lotfi Hadjiat, le 6 décembre 2015, à l’université de Bouira, en Algérie. Présentation d’une grande érudition et d’un haut niveau intellectuel. Il présente ici son livre, « Les ennemis de l’humanité », sous le prisme d’une analyse radicale de l’idéologie de la modernité. Analysant en particulier l’évolution historique, au sein de la philosophie, d’une notion-clé, « l’intuition du divin », il nous dévoile sans compromis les enjeux de cette guerre spirituelle au cœur de la guerre idéologique actuelle.