Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Maghreb

Vaccins — Cri de détresse des parents de Amina : « Le vaccin a tué mon enfant » ! 

Comme toujours la même rengaine : la petite était en parfaite santé, elle se fait vacciner et décède le lendemain mais ceci n’a rien à voir avec le vaccin, pensez-vous. Ils lui inventent même pour l’occasion une maladie cardiaque (sic) que personne ne connaissait, pas même ses parents ou son médecin de famille ! C’est comme ça, c’est gratuit, c’est le cadeau fait aux morts après vaccination.

Maghreb

Vaccins : les familles des nourrissons algériens décédés demandent que les résultats de l’enquête soient rapidement rendus publics 

Extraordinaire situation que la vaccination impose aux cerveaux de nos contemporains professionnels de santé ! Ils vaccinent et tuent un nourrisson mais cette mort ne les choque pas, ne les arrête pas et ne les incite pas à réfléchir et à se poser des questions ; ils poursuivent malgré tout leur oeuvre mortifère en administrant à peine quelques minutes après, le même poison à un autre enfant qui mourra à son tour, tout simplement parce que l’OMS l’exige et « garantit » la sécurité du produit ! Plus personne n’est capable de raisonner seul et en toute indépendance, quels que soient les événements en présence ! Le ministre de la santé tient le même discours, l’OMS comme toujours est garante de la sécurité et de la qualité du produit comme si c’était elle qui le produisait dans ses laboratoires. D’ailleurs, la notice du vaccin Tripédia, prévient désormais les parents du risque de « mort subite » et d’autisme (ici). Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard et que vous n’emmeniez vos enfants à l’abattoir en les tenant par la main, ou que vous ne les condamniez à vivre avec un lourd handicap …Ces familles courageuses ont mille fois raison de ne pas baisser les bras ; elle devraient se retourner contre le laboratoire fabricant devant les tribunaux français, puisque les responsables algériens en charge de la Santé — toujours prompts à passer commande et à payer rubis sur ongle les « factures hypersalées » de ces laboratoires — sont incapables ou non désireux de le faire.