réparateur


Cette action politique est une des plus simples à organiser et imposer aux industriels et pourtant rien n’est fait, au détriment de la planète, car qui dit jeter dit polluer encore plus, d’autant que les produits sont très toxiques. Car attention, pour réparer il faut un minimum de pièces détachées et si le constructeur cesse la fabrication très vite après la commercialisation, comme c’est le cas aujourd’hui, vous n’aurez pas la possibilité de réparer l’appareil. Pire encore, maintenant que les appareils sont assurés (avec extension de garantie), les réparateurs ne se prennent plus la tête à trouver la panne…

Ainsi, quand on voit les politiciens s’agiter pour la COP21 on comprend très vite que c’est une foutaise, une énième arnaque sans intérêts et sans effets sur la planète.

En France, on peut saluer l’initiative du site Spareka qui pousse les gens à acheter la pièce détachée et réaliser la réparation soi-même via des tutoriels vidéos disponibles pour tous et gratuitement.

Nous en profitons ici pour rediffuser l’excellent reportage sur cette question essentielle de l’obsolescence programmée :



Pour encourager ses citoyens à réparer leurs objets détériorés plutôt que d’en acheter des neufs, le gouvernement suédois souhaite alléger les taxes sur les pièces détachées et les heures de main d’œuvre des réparateurs.  

La Suède veut en finir avec la culture du jetable. Mais comment inciter ses citoyens à réparer leur cafetière ou leur aspirateur plutôt que d’acheter un nouvel appareil ? En les touchant au porte-monnaie grâce à la mise en place d’allègements fiscaux. Le gouvernement a déposé une proposition de loi pour que la TVA passe de 25% à 12% pour les travaux de réparations et les pièces détachées, a relevé le Guardian. Cela concernera aussi bien les réparations de vélos que celles des chaussures et des vêtements.

« Nous pensons que cela va réduire le coût et rendre plus rationnelle et économique la réparation » a expliqué Per Bolund, le ministre suédois des marchés financiers et de la consommation au Guardian. Selon ses calculs, le coût moyen d’une réparation pourra tomber de  42 euros à 5 euros.

Doper les emplois peu qualifiés

Le gouvernement prévoit aussi des allègements d’impôts, qui permettront aux Suédois de déduire de leurs revenus  la moitié des coûts engendrés par des réparations d’appareils électroménagers tels que fours, lave-vaisselle, machines à laver.

« Je crois qu’il y a un changement en cours en Suède. Il y a une sensibilité accrue sur le fait que nous devons faire que les choses durent plus longtemps afin de réduire la consommation de matériaux », a expliqué le ministre.

En plus de réduire la production de déchets et l’émission de carbone, qui n’ont cessé d’augmenter, le gouvernement suédois attend aussi de ces mesures qu’elles dynamisent le marché de l’emploi. En effet, ces incitations fiscales vont pousser les Suédois vers les réparateurs de vélos et autre spécialiste du bricolage. La Suède pense notamment aux migrants qui sont à la recherche de jobs nécessitant peu de qualifications.

Ces mesures seront présentées au Parlement dans le cadre des […]

BFM Business.