Voici ce qui se passe quand on laisse faire des délinquants et des criminels en toute impunité pendant des décennies ; ils pensent que tout leur est permis, qu’ils sont intouchables ! Les autorités n’ont pas su protéger le public de ces prédateurs !


Dans un violent message publié sur Facebook, Olivier Carbone s’en est pris à l’actrice qui a quitté la cérémonie des César en plein milieu, mais aussi à tous les détracteurs de Roman Polanski.

La polémique sur la remise du César du meilleur réalisateur à Roman Polanski, accusé de pédophilie et condamné par le passé pour détournement de mineur, se poursuit ce mercredi 4 mars. Le directeur de casting Olivier Carbone a publié lundi, sur Facebook, un long et violent message attaquant Adèle Haenel, qui a quitté la cérémonie avec colère après la victoire du réalisateur. Entre deux insultes, il y menaçait notamment l’actrice d’une « bonne omerta, carrière morte ».

Sur Twitter, c’est une journaliste qui a retrouvé la publication et en a relayé la capture d’écran mardi. Le message, écrit presque entièrement en majuscules, dénonce un « lynchage inacceptable ». Et sous-entend que le coup d’éclat d’Adèle Haenel pourrait lui coûter sa carrière : « Vu mes sources Haenel, tu vas avoir une bonne surprise très prochainement avec une bonne omerta carrière morte bien méritée qui te pend au nez ! », écrit-il.

« Haenel tu es minuscule par rapport au talent de Roman ! Tu es qui pour avoir le melon et la raconter comme ça face à un monstre vivant ! Tu fous la gerbe », ajoute-t-il plus loin.

Traitant au passage Florence Foresti, la maîtresse de la cérémonie qui avait dénoncé avec humour la présence de Polanski parmi les nommés, de « conne », le directeur de casting s’en prend également aux détracteurs du réalisateur : « Vous êtes tous des gros minables de vous comporter comme des hyènes sur Polanski ! », lance-t-il.

Une publication plusieurs fois modifiée

Sur Twitter, une autre internaute a ensuite remarqué qu’après de nombreuses modifications, la publication a totalement changé de ton : il s’agit désormais du partage d’un article sur l’acteur Lambert Wilson apportant son soutien à Polanski, sans aucune trace de la diatribe initiale.

L’outil d’historique des modifications, accessible à tous, permet toutefois de refaire le déroulé de cette trentaine de changements, dont le dernier a été effectué mercredi aux alentours de 14 heures. On y remarque notamment l’ajout puis le retrait d’insultes (« bande de putes », « Quelle bande de merde il y a prescription»). À noter que si la prescription…


Photo d’illustration : Adèle Haenel lors de la cérémonie des César, le 28 février 2020. (BERTRAND GUAY / AFP)

4 mars 2020