Il semble que Gad Elmaleh ne se limite pas à copier les sketches de ses collègues, il s’attaque aussi aux chansons comme le démontre ce procès intenté contre lui par un artiste marocain. Nous attendons avec impatience l’issue de cette bataille judiciaire ainsi que celle du #CopyComic d’autant que les réactions de Gad Elmaleh et ses amis sont juste détestables et inqualifiables.




Après la sortie de la chanson « Danse de la joie » de Gad El Maleh en 2015, Said Mosker avait entamé une procédure judiciaire en 2016 contre l’humoriste franco-marocain pour plagiat.

L’expert mandaté par le tribunal français a déclaré le 4 avril qu’il s’agissait bel et bien d’un plagiat de la chanson « MAMA » déposée par le chanteur Said Mosker à la SACEM en 2004.

Le chanteur marocain Said Mosker a remporté la première manche de son procès contre Gad El Maleh. Le juge a considéré que l’action judiciaire entamée par le chanteur contre l’humoriste pour plagiat est parfaitement recevable. L’expert mandaté par le tribunal français ayant déclaré qu’il s’agissait bel et bien d’un plagiat déclaré de la chanson « MAMA » déposée par le chanteur Said Mosker à la SACEM en 2004.

Le juge du tribunal de Paris a d’ailleurs demandé à Gad El Maleh de communiquer les coordonnées des auteurs compositeurs et éditeurs de la chanson « Danse de la joie ».

Said Mosker qui nous affirme qu’il ne voulait pas se prononcer sur le sujet avant que les experts livrent leur réponse, se dit joyeux de cette première « victoire ».

« Des fois, en soirée, je voyais les gens chanter « Danse de la joie » et je voulais leur dire que c’était ma composition, mais je ne pouvais pas me prononcer. Je suis heureux de voir que la justice a pris son cours », nous a-t-il confié.

Quant aux circonstances dans lesquelles il a découvert le plagiat de sa chanson « Mama », Mosker nous raconte que ce seraient des amis chanteurs qui…


Abir El Adnani

H24 / Le Figaro

23 avril 2019