C’est clair puisque personne n’est allé en prison ! Pire, les policiers se retrouvent eux-mêmes impliqués dans des affaires de viols dans les locaux mêmes du 26 quai des Orfèvres ! Il suffit de se renseigner sur l’affaire Matzneff pour comprendre que la plus haute autorité de l’état, François Mitterrand, a défendu un serial pédocriminel et que son neveu Frédéric en est un autre, il a même été ministre de Sarközy !

Oui Mme Haenel, nous ne sommes pas encore sortis de l’enfer de cette secte maléfique, cette bande de criminels ne veut pas et ne peut pas tomber aussi facilement.


Dans un entretien au « New York Times », l’actrice s’exprime pour la première fois depuis ses révélations à Mediapart en novembre.

Elle y accusait le réalisateur Christophe Ruggia de l’avoir agressée sexuellement alors qu’elle était mineure.

L’actrice Adèle Haenel qui a accusé cet automne le réalisateur Christophe Ruggia « d’attouchements répétés » lorsqu’elle était adolescente, estime lundi dans un entretien au « New York Times », notamment publié en français sur le site du journal, que « la France a complètement raté le coche de #Metoo ».

« Il y a un paradoxe #MeToo en France : c’est l’un des pays où le mouvement a été le plus suivi, du point de vue des réseaux sociaux, mais d’un point de vue politique et médiatique, la France a complètement raté le coche », déclare l’actrice.