Voici donc comment l’Occident – et à sa tête les Yankees – exporte sa démocratie dans le monde entier. Il n’y a pas de meilleur moyen pour fabriquer du terrorisme et de la haine en mode industriel…


Un chef d’équipage d’hélicoptère du Corps des Marines des États-Unis (USMC) a déclaré que les forces spéciales australiennes avaient tiré et tué un prisonnier afghan enchaîné après avoir appris qu’il ne rentrerait pas dans l’avion américain venant les chercher.

Josh * a effectué 159 missions de combat pour l’escadron d’hélicoptères d’attaque légère 469 (HMLA-469) de l’USMC.

Il a permis à l’ABC de publier des photos de lui mais a demandé que nous n’utilisions pas son vrai nom parce qu’il craint des représailles.

Il a déclaré à ABC Investigations qu’il était un mitrailleur de porte fournissant des tirs de couverture aérienne pour les soldats australiens du 2e régiment de commandos lors d’un raid nocturne à la mi-2012.

L’opération a eu lieu au nord de la base HMLA-469 au Camp Bastion dans la province de Helmand en Afghanistan.

Il faisait partie d’une campagne conjointe plus large entre les forces spéciales australiennes et la Drug Enforcement Administration (DEA) des États-Unis ciblant les opérations liées aux drogues illicites qui finançaient l’insurrection des talibans.

« Nous avions fait le raid antidrogue, les Australiens ont en fait fait un travail assez impressionnant, en combattant tous les prisonniers », a déclaré Josh.

« Nous les avons juste regardés attaquer et attacher ces gars et nous savions que leurs mains étaient liées derrière le dos. »


Il dit que les commandos ont ensuite appelé l’avion américain pour les récupérer et environ sept prisonniers.

Il dit que les Américains n’avaient de place dans l’avion que pour six.

« Et le pilote a dit : » C’est trop de monde, nous ne pouvons pas transporter autant de passagers. » Et vous venez d’entendre ce silence et puis nous avons entendu un pop, puis ils ont dit : « OK, nous avons six prisonniers ».

« Donc, il était assez évident pour tous ceux impliqués dans cette mission qu’ils venaient de tuer un prisonnier que nous venions de les voir attraper et attraper », a-t-il dit.

Josh dit que ni lui ni aucun membre de son équipage n’a parlé de ce qui venait de se passer.

« Nous étions tous enregistrés sur nos communications », a-t-il déclaré.

« Nous étions tous assez conscients de ce que nous venons de voir, et nous ne voulions pas être impliqués dans ce qui allait suivre. »

Josh dit qu’il a plus tard discuté de l’incident avec ses coéquipiers après son retour au Camp Bastion.

« C’était la première fois que nous voyions quelque chose que nous ne pouvions pas justifier moralement, parce que nous savions que quelqu’un était déjà menotté, prêt à partir, fait prisonnier et nous venons de les voir tuer un prisonnier », a-t-il dit.

« Ce n’est pas comme un appel du moment où vous essayez de prendre une décision. C’était une décision très délibérée d’enfreindre les règles de la guerre.

« Je pense que c’est la première chose qui s’est produite qui ne nous convenait pas, où nous nous sommes dit : ‘OK, il n’y a pas d’excuse, il n’y a pas d’ambiguïté, il n’y a pas de contournement de celui-ci.»

« Beaucoup de feu et de corps ont souvent été laissés dans leur sillage »

ABC Investigations comprend que – dans le cadre de son enquête sur les crimes de guerre présumés des forces spéciales en Afghanistan – l’Inspecteur général des Forces de défense australiennes (IGADF) enquête sur le meurtre d’au moins un prisonnier par des commandos australiens.


Un jeune homme en uniforme dans une tente.Josh * dirigeait un équipage d’hélicoptère dans le US Marine Corps. (Fourni)

On ne sait pas si ce meurtre présumé fait partie de ceux qui font l’objet d’une enquête.

Lorsqu’il a été contacté pour une réponse à cette histoire, un porte-parole des Forces de défense australiennes a déclaré : « Il n’est pas approprié pour la Défense de commenter des questions qui peuvent ou non faire l’objet de l’enquête sur l’Afghanistan. »

Josh dit qu’il a effectué entre une et deux douzaines de missions de drogue avec les Australiens du 2e Commando en 2012, fournissant principalement des tirs de couverture aérienne et déposant parfois des équipes de tireurs d’élite sur des positions de surveillance.

« Beaucoup d’entre nous voulions travailler avec les Australiens parce que nous étions tous comme – je ne sais pas si assoiffé de sang est le bon terme – mais nous voulions de l’action. Ils voulaient tourner. Et quand vous avez travaillé avec les Australiens, vous vous impliquez assez souvent », dit-il. « Beaucoup de brèches de murs avec des explosifs et beaucoup d’incendies et de corps ont souvent été laissés dans leur sillage. »

Il dit que lors d’une mission au début de son déploiement en 2012, l’un de ses camarades de l’USMC a été choqué par ce qu’il a vu les commandos faire lors d’une opération conjointe contre la drogue.

« Ils descendent pour un atterrissage. Dès que les Australiens sont sortis, il y avait quelqu’un juste assis sur un mur qui les regardait atterrir. Ils sont descendus et ont fait sauter le gars plusieurs fois dans la poitrine. »

Josh dit que son camarade de marine a plus tard confronté les commandos au sujet du meurtre.

« Mon copain est venu et a demandé: ‘Hé, qu’est-il arrivé à ce type ? » Et il a dit : « Oh, il est mort. » Et il dit : « Pourquoi ? Il n’était même pas armé. Que s’est-il passé là-bas ? » Il a dit : « Oh, il était armé quand nous avons fini avec lui. »

« Nous n’allons pas travailler avec ces putains de gars »

Un membre du peloton Oscar du 2e Commando qui a servi lors de ce déploiement a confirmé que les Américains n’étaient pas satisfaits de la conduite de certains de ses camarades.

« Notre commandant de peloton a rassemblé notre peloton et a dit que la [DEA] a dit sans ambages qu’elle n’opérerait plus avec le peloton de novembre [2e Commando] en raison de son comportement sur le terrain », a-t-il dit.

Un autre commando du peloton Oscar qui participait à ce déploiement a confirmé à ABC Investigations que le peloton de novembre avait une mauvaise réputation parmi les Américains.

« Je me souviens avoir parlé à [l’agent de la DEA] par la suite, et il a dit : ‘Nous ne sortirons plus jamais avec ces putains de gars. Toutes les équipes de la DEA qui sont passées par là ont adoré travailler avec nous et n’ont eu aucun problème, mais le peloton de novembre était le premier peloton avec lequel la DEA a dit qu’elle ne travaillerait pas », a déclaré l’ancien commando. « Quelque chose s’est manifestement passé. »

L’ancien chef d’équipage d’hélicoptère de l’USMC, Josh, a déclaré qu’il avait effectué des dizaines de missions avec d’autres forces spéciales, y compris des opérations spéciales de l’USMC et le SAS britannique.

« Le SAS [britannique] a toujours fait preuve d’une retenue incroyable, du moins à l’époque où mes amis et moi travaillions avec eux. Parfois une somme frustrante », a-t-il déclaré.

« Tous les autres marcheraient sur les lignes, mais les Australiens verraient simplement la ligne et sautaient juste dessus. »

* Le nom a été changé


Photo d’illustration : le marine américain Josh * a travaillé aux côtés des soldats des forces spéciales australiennes en Afghanistan. (Fourni)

Mark Willacy , Alexandra Blucher et Dan Oakes

ABC News

20 et 21 octobre 2020