Décidément, sans l’islam certains seraient profondément malheureux. Déjà, avant toute chose, comment est-ce possible de transformer en experte des relations hommes/femmes une ex-actrice pornographique ? En d’autres termes, la représentante la plus qualifiée en humiliation de la femme par l’industrie du X. Il suffit de voir le documentaire américain Hot girls wanted pour comprendre l’extrême violence de cette industrie et à quel point les femmes ont été déshumanisées et chosifiées, transformées en vulgaires quartiers de barbaque. Comment est-ce possible ? Comment un cerveau sain peut-il accepter une telle dérive ?


« Les femmes de culture musulmane vont être plus vite aptes à se sentir agressées. Chez l’homme de culture musulmane, il y a encore plus de travail à faire pour qu’ils respectent les femmes qui leur disent  « non » ».


Mieux encore, cette dame fera une déclaration choquante contre les musulmans, déclaration publiée et assumée par Le Point, expliquant que les hommes musulmans sont plus aptes à agresser sexuellement les femmes que les autres ! C’est leur culture musulmane qui les rendrait donc hermétiques au respect de la gent féminine ! Cette dame s’était déjà illustrée il y a quelques mois en expliquant qu’une femme violée pouvait jouir ! C’est certainement son expérience professionnelle qui lui a fait dire une telle ânerie. Maintenant elle va plus loin et elle s’attaque à toute une culture et à des millions d’hommes.

Pourtant, après le scandale #BalanceTonPorc et le mouvement #MeToo, on a vu une quantité extraordinaire d’hommes non musulmans être accusés de viols, d’agressions sexuelles ou de harcèlements ! On avait même appris que 53 % des femmes françaises avaient déclaré avoir été agressées sexuellement une fois dans leur vie ! Un nombre très important d’hommes politiques non musulmans ont été atteints par ce scandale ! Le milieu du sport l’a également été ainsi que les pompiers ou le milieu de la musique, que ce soit en France ou à l’étranger… Ce sont des dizaines de milliers voire des centaines de milliers de cas d’agressions sexuelles et de viols dénoncés par des femmes « non musulmanes », accusant des hommes « non musulmans » ! Malgré tout, Madame Brigitte Lahaie vient nous expliquer, qu’en France aujourd’hui, le problème le plus crucial et le plus urgent à régler viendrait des hommes musulmans. Certes on ne demande pas à une ex-actrice porno des miracles ou de briller par son intelligence, mais elle aurait dû se priver de sortir une telle bêtise ; de même que le média qu’il a interviewée, Le Point, aurait dû s’abstenir de son côté de propager de tels mensonges ! Nous vous encourageons d’ailleurs à déposer plainte et à signaler cette publication ordurière et raciste aux autorités compétentes.

Bref, sans l’islam, on se demande bien comment feraient certains pour meubler leurs insignifiantes vies !


Brigitte Lahaie : « Les hommes ne savent plus comment séduire les femmes »

INTERVIEW. Violences faites aux femmes, féminisme, éducation sexuelle… l’animatrice de Sud Radio analyse les défis des relations hommes-femmes après #MeToo. Par

Elle assume complètement son statut de « scandaleuse », titre d’un ancien livre réédité (éd. La Musardine), seulement cinq mois après Le Bûcher des sexes (éd. Albin Michel), qui répondait à la polémique suscitée par sa phrase prononcée en janvier sur l’orgasme et le viol. « Scandaleuse », elle le reste pour beaucoup, bien qu’elle ait arrêté de jouer dans des films pornographiques depuis plus de trente ans. Voilà dix-huit ans que Brigitte Lahaie tient le micro. À RMC hier, à Sud Radio depuis septembre 2016 (de 14 heures à 16 heures du lundi au vendredi), elle répond aux auditeurs sur des sujets liés à l’intimité et à la sexualité. Dans le studio de Sud Radio, juste avant de prendre l’antenne, Brigitte Lahaie nous reçoit avec élégance, le regard franc. Sans peur d’énoncer une idée complexe, choquante, et d’assumer sa phrase sur le fait qu’il soit possible d’avoir un orgasme quand on est violé. Audition libre.

Le Point : Êtes-vous nostalgique deux ans après votre départ de RMC pour Sud Radio ?

Brigitte Lahaie : Non, curieusement, je n’ai pas eu le temps d’être triste d’être virée de RMC, où j’étais depuis déjà quinze ans. Et j’ai été rapidement sollicitée par Sud Radio. Au début, mon mari a dû me pousser à aller travailler comme si j’étais une élève qui ne voulait pas reprendre les cours. L’aventure se passe très bien à Sud Radio. J’ai la chance de maîtriser les invités et de pouvoir garder les auditeurs en ligne plus longtemps. À RMC, où j’ai tout appris de mon métier, il y avait ce côté très rythmé qui pouvait nuire à une émission de confidences. Or, c’est souvent en laissant l’auditeur avancer qu’on découvre le lièvre, le plus grave de sa problématique.

Êtes-vous prête à continuer encore longtemps ?

Je ne sais pas. Je vis au jour le jour. J’ai plus de 60 ans et, si demain je touche ma retraite, je ne vais pas me plaindre !

Parler amour et sexe à l’heure de la sieste peut sembler bizarre…

C’est une idée qu’a eue Alain Weill en lançant RMC info en 2001 et qui s’inspire des États-Unis. C’est un bon créneau pour avoir des couples de manière séparée. Quand on parle de son infidélité, mieux vaut que personne n’entende la conversation…

Vous avez, en quelque sorte, libéré la parole avant #MeToo !

C’est très bien que la parole se libère avec #MeToo, que la société dans son ensemble prenne conscience qu’il y a une réelle violence faite aux femmes. Mais il ne faut pas que cela donne l’impression aux femmes qu’au moindre truc qui ne leur convient pas, elles peuvent aller porter plainte.

Comment les relations hommes-femmes ont-elles changé depuis ?

Des hommes me disent qu’ils n’osent plus offrir un café à des collègues femmes. Il y a une forme d’autocensure. Les hommes ne savent plus trop comment séduire les femmes. Et draguer, n’en parlons même pas ! D’un autre côté, beaucoup de femmes vont sur des sites de rencontre et consomment en se comportant comme des mecs. Certaines m’appellent car elles en ont marre qu’aucun homme ne les considère alors qu’elles veulent au fond créer une vraie relation. Donc, les femmes ne s’y retrouvent pas non plus. Il y a un vrai problème de rapports hommes-femmes.

Récemment, je parlais à un médecin urgentiste qui n’ose plus palper une femme s’il est seul avec elle dans la pièce. Un médecin ! Et je pense que l’islam n’arrange pas la situation. Presque personne n’ose le dire, moi si. Les femmes de culture musulmane vont être plus vite aptes à se sentir agressées. Chez l’homme de culture musulmane, il y a encore plus de travail à faire pour qu’ils respectent les femmes qui leur disent « non ». La culture influence énormément nos mœurs et notre rapport à la sexualité. Seule l’éducation peut changer cela…