La situation est dramatique en Tunisie étant donné la crise sanitaire responsable également d’une crise économique encore plus lourde vu la situation du pays depuis plusieurs années déjà. Bien entendu, comme ce fut déjà le cas lors de la révolution tunisienne et la volonté à l’époque de Michèle Alliot-Marie d’envoyer des hommes et du matériel pour mater la révolte populaire, la France s’illustre en 2021 par l’envoi de 60 camions antiémeutes… On imagine que tous les gouvernements doivent se serrer les coudes car ils savent que leurs choix politiques sont explosifs et que des révoltes populaires dans des pays voisins peuvent vite contaminer les autres…


En Tunisie, depuis bientôt deux semaines les manifestations contre la situation de précarité extrême que vivent les classes populaires, en pleine crise sanitaire et économique, sont sévèrement réprimées par la police.

Récemment, la police tunisienne a reçu 60 camions anti-émeutCe métal avait sort de ce dee, envoyés depuis Marseille.

Comme le révèle Nantes Révoltée l’opérateur portuaire Marseille Manutention, Terminal Roulier Sud a indiqué avoir « réalisé une opération pour le moins atypiques. Ce n’est pas moins de 26 camions de police (sur 60 prévus), en partance pour la Tunisie, qui ont été chargés cette semaine. », peut-on lire sur la page Linkedin de l’entreprise logistique.

En effet, alors que la Tunisie s’enfonce dans une crise sociale et économique, les classes populaires tunisiennes sont de plus en plus exposées à la précarité. Les denrées de première nécessité ont vu leur prix augmenter : semoule, farine, huile, légume et fruits ont parfois doublé, voire triplé de prix. Cette augmentation du coût de la vie qui s’est accélérée depuis le début de la crise sanitaire, combinée avec plusieurs vagues de licenciements dans les secteurs industriels a plongé les classes populaires tunisiennes dans une précarité extrême.

Ces 60 camions anti-émeute envoyés en Tunisie depuis une entreprise basée à Marseille, rappelle le fameux « savoir-faire français » lorsqu’il s’agit de réprimer les populations opprimées et exploitées qui se soulèvent. Un long « savoir-faire » policier et militaire hérité notamment de la colonisation et de la guerre d’Algérie et transmis aux régimes les plus autoritaires. Faisant planer l’ombre d’un vieux souvenir, celui de la ministre de l’intérieur Michelle Alliot Marie à la rescousse du dictateur Zine El-Abidine Ben Ali, à qui elle avait proposé le « savoir faire français » en matière de maintien de l’ordre.


Mateo Falcone

Révolution Permanente

28 janvier 2021