C’est la naissance d’une véritable dictature sanitaire qui se profile, totalement assumée et qui bien sûr n’est là que pour votre bien et celui de vos parents et grands-parents… À quel moment c’est dans l’intérêt national de conserver de telles données ? Plus c’est stupide, débile et sans queue ni tête et plus ça passe.


La police britannique appliquera la législation antiterroriste aux personnes infectées par le coronavirus pour archiver leurs empreintes digitales et leur ADN.

Une nouvelle loi a été adoptée en Grande-Bretagne jeudi dernier (*) permettant à la police de conserver les empreintes digitales et les profils ADN des personnes testées positives au coronavirus à compter du 1er octobre. La nouvelle loi est intitulée « Conservation des empreintes digitales et des profils ADN dans l’intérêt de la sécurité nationale ». La loi établit que le coronavirus a, « ou est susceptible d’avoir », un effet négatif sur la capacité des personnes chargées de prendre des décisions concernant la sécurité nationale et que la préservation des empreintes digitales ou des profils ADN est dans l’intérêt de ladite sécurité.

La législation entrera en vigueur le 1er octobre et devrait expirer le 24 mars de l’année prochaine, bien qu’il soit très probable qu’elle soit prolongée indéfiniment, jusqu’à ce qu’elle devienne permanente, comme c’est généralement le cas dans ce type de réglementation. Certaines des dispositions de contrôle sont incluses dans le fourre-tout de « terrorisme », qui fonctionne aussi bien pour un déchiré que pour un non cousu. Si le « terrorisme » n’a rien à voir avec cela, la pandémie non plus. C’est la voie vers un état de contrôle et de surveillance totaux. En 2008, les policiers ont été équipés d’un nouvel appareil qui leur permet de prendre les empreintes digitales des personnes dans la rue. Ensuite, ils ont promis la même chose que maintenant: ils ne conserveront pas les empreintes digitales. Entre 2012 et 2013, les écoles britanniques ont recueilli les empreintes digitales de plus de 800 000 élèves, la plupart du temps sans le consentement de leurs parents. Pour ceux qui ne veulent rien savoir : les capteurs d’empreintes digitales ont été fabriqués pour la police britannique par des scientifiques de l’Université de Sheffield et sont capables d’identifier tout objet ou substance que la personne a touché ou avec lequel elle a été en contact.

(*) https://www.legislation.gov.uk/uksi/2020/973/made

21 septembre 2020

Titre original de l’article en espagnol : La policía británica archivará las huellas dactilares y los perfiles de ADN de los apestados por coronavirus

Traduction : Lelibrepenseur.org avec DeepL Traduction