Enquête fort intéressante réalisée par un journaliste algérien, concernant le business autour de Saïd Sadi et son fils Méziane mais également le RCD. Tous les Algériens savent que pour faire du business de grande ampleur en Algérie il faut obligatoirement passer par les services de renseignements du DRS car rien ne se fait sans corruption dans ce pays depuis des décennies. Les généraux corrompus ont très régulièrement utilisé des hommes de paille pour réaliser leurs magouilles. Est-ce le cas ici pour Saïd Sadi ? Cela nécessite une enquête judiciaire d’autant que tous savent en Algérie sa proximité avec le général et patron du DRS, Toufik Médiène.

Il serait important et intéressant de connaître la suite de cette affaire ; malheureusement, le journaliste est injoignable.


Son fils serait à la tête d’une société-écran.

Personne ne peut prouver sur le plan légal, que Saïd Sadi et son fils Meziane, soient tous les deux derrière le mise en place d’un système d’évasion d’argent vers l’étranger, sous couvert de la société d’équipements médicaux Medic-Aid

Cette dernière est gérée par les « militants » du parti. Notre enquête a fait ressortir que cette « boîte » profite d’un vide juridique, que même les plus grands commerçants et importateurs auraient du mal à déceler. Medic-Aid est une société à responsabilité limitée, selon une copie du registre de commerce, dont on dispose d’une copie ; elle est dotée d’un capital social d’un million de dinars, et son siège se situe à la cité Giroux à Staouéli.

Sa création remonte à une année ; elle est la propriété d’un dénommé (F.S). Sur le registre de commerce, apparaît le nom du représentant légal, une personne qui réside en France, de nationalité algérienne, native de le région de Tizi-Ouzou. Toujours selon les documents dont nous disposons, les activités de l’entreprise sont « le montage et la réparation de matériels et d’outillage médicaux et chirurgicaux, importation et exportation de matériaux paramédicaux, d’équipements et d’outils médicaux et paramédicaux, de consommables pharmaceutiques et annexes, de pièces de rechanges.. ; »

Quelle est la relation entre le RCD et l’évasion ?

Avant d’en arriver à cette question, tout semblait normal, jusqu’au jour où le direction de la santé de le wilaya de Tizi-Ouzou refuse un projet proposé par cette société.

Le DSP [Directeur de la Santé et de la Population] a eu vent de l’implication de Meziane Sadi, qui serait derrière la société. Un autre détail aurait mis la puce à l’oreille. Comment expliquer qu’une entreprise qui a commencé ses activités sous peu, a pu décrocher plusieurs projets, dans un segment très difficile et très concurrentiel, où d’habitude, les entreprises spécialisées mettent beaucoup de temps avant de pouvoir décrocher les projets auprès les institutions publiques. Un autre document stipule que cette société n’a pu avoir l’agrément auprès de ministère de le santé et de la réforme hospitalière que le 22 juin 2010.

En quelques mois, et connaissant les contraintes qu’impose le code les marchés publics, cette même société a pu décrocher les projets d’équipement et de fournitures. Un agent de transit nous confie : « il faut savoir que la procédure est tellement longue et compliquée, qu’un opérateur met des mois pour faire sortir ses équipements des ports. Le matériel importé doit être testé, vérifié, surtout le médical, il est très sensible. Une personne qui réussit une telle performance ne peut que bénéficier de grands appuis auprès des services les douanes et du port, et d’une certaine priorité dans le traitement de son dossier « ». le même constat est fait auprès les concurrents, ce qui a fait dire que Medic-Aid aurait le bras long.

Nous nous sommes déplacés au siège de l’entreprise, dans un quartier nouvellement construit, et qui semble, d’après les constructions que nous avons vues, habité par les gens plutôt fortunés.

Une jeune fille d’une vingtaine d’années nous reçoit au rez-de-chaussée. La construction imposante semble très calme. Étrange pour une entreprise aussi active. Point de personnel ni de blouses blanches. Nous nous faisons passer pour des clients, intéressés par certains équipements, recommandés par l’un des amis de Meziane Sadi.

Spontanément, la jeune fille nous répond « Évidement, soyez les bienvenus, il sera là dans un moment, je peux en attendant vous aider », confirmant sans peine le relation avec le fils du président du RCD. Il me présente le directeur commercial, qui me présente le catalogue de la société. Après quelques minutes, et après avoir exprimé mon envie de repasser pour voir monsieur Sadi, j’ai laissé mes coordonnées auprès de la jeune fille.

Je donne un faux nom, mais mon vrai téléphone portable. Après avoir contacté le secrétariat du RCD, nous avons pu confirmer que le directeur commercial en question n’est plus ni moins qu’un militant du RCD.

Le ministère du commerce reconnaît la faille et celui de la santé refuse tout commentaire.

Une source au ministère du commerce nous explique que rien n’interdit dans le loi algérienne, à une personne de se présenter pour ouvrir un registre de commerce, sans pour autant verser dans son dossier un document qui prouve qu’il n’a pas une autre activité équivalente dans un autre pays. Notre source avoue comprendre la situation, mais du moment qu’il n’y a aucune plainte ou infraction, cette société travaille en toute légalité.

« dans le cas que vous citez, (en l’occurrence Medic-Aid) il ne peut y avoir de plainte, puisque l’exportateur est lui même importateur. Personne ne peut déposer de plainte contre soi-même aux autorités ». Du côté du ministère de le santé, le silence semble être une règle. Péniblement, nous avons pu savoir que Amar Tou, alors ministre, avait pris deux décisions importantes. La première, celle d’interdire le travail avec deux registres de commerce dans deux pays différents par une seule personne et dans le même segment d’activités.

Cette décision fut appliquée uniquement pour ce qui est de l’importation de médicaments, mais pas pour le matériel médical. Une brèche que Medic-Aid a su exploiter. Une autre information nous indique que Amar Tou avait dû suspendre un directeur central chargé du matériel et équipement au niveau de ministère, suspecté d’avoir favorisé les opérateurs « proches » du RCD. Ce responsable a vite réintégré son poste, après la venue de Saïd Berkat. Nous avons, pendant un mois, multiplié les contacts avec le ministère pour avoir un rendez-vous, sans résultat. Nous aurions aimé avoir l’avis de n’importe quel responsable en charge de ce genre d’activités

Dans ses brochures de présentation, Medic-Aid indique que c’est une nouvelle société créée récemment qui est une filiale d’une entreprise française dénommée « Lytraco International » et « Medline » en Algérie, qui a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires qui dépasse dix millions d’euros. En quelques mois, la filiale algérienne compte déjà comme clients des cliniques à Akbou, Biskra, Annaba, Constantine, Bordj, Tizi-Ouzou et Boussaada, sans compter de nombreux projets décrochés auprès d’hôpitaux militaires, la DGSN, le CHU d’Alger et d’Oran.

Abdelatif Belkaim


Nawel. D

Algérie 360°

3 mars 2011