israel-senegal
(Crédits : Présidence de la République du Sénégal).

Si vous voulez savoir à quoi ressemble la tête d’un traître, vous en avez une ici sous vos yeux. Imaginez une seconde qu’un dirigeant de pays musulman puisse renouer avec l’entité sioniste scélérate alors que les Palestiniens sont dans une situation extrêmement pénible plus spécifiquement les Gazaouis qui vivent dans une prison à ciel ouvert… Non seulement ces traîtres ne réagissent même pas, n’appellent pas à des sanctions, ne font absolument rien depuis 60 ans, mais en plus ils font comme si de rien n’était et nouent des relations diplomatiques avec ces criminels !


Le Sénégal et Israël ont décidé de mettre fin à leur crise diplomatique en marge du 51e sommet de la CEDEAO tenu hier 4 juin à Monrovia au Liberia.

Une crise née au mois de décembre 2016, après que le Sénégal ait voté en faveur d’une résolution onusienne interdisant les implantations israéliennes en Cisjordanie. L’État hébreu qui lorgne l’UA et la CEDEAO a besoin d’un « ambassadeur africain » comme le pays de la teranga.

Le torchon qui brûlait depuis le mois de décembre entre Dakar et Tel Aviv vient d’être éteint.  Après les incidents diplomatiques qui ont suivi l’adhésion du Sénégal à une résolution du conseil de sécurité des Nations unies interdisant les colonies de peuplement israélien en territoire palestinien, les deux pays ont convenu de rétablir leurs relations diplomatiques.

Tout s’est joué hier 4 juin à Monrovia, la capitale du Liberia lors du 51e sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Un sommet marqué par la présence notamment du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du président sénégalais Macky Sall. À l’issue d’un « échange approfondi » entre les deux hommes sur des questions bilatérales d’intérêts communs, « le premier Ministre Benjamin Netanyahu a décidé du retour à Dakar de l’Ambassadeur d’Israël au Sénégal », a indiqué un communiqué de presse de la présidence de la République du Sénégal. Par la même occasion, Netanyahu a invité le ministre sénégalais des affaires étrangères, Mankeur Ndiaye à effectuer une visite dans l’État hébreu dans les mois prochains.

Reprise diplomatique

De son côté, pour matérialiser son accord à cette reprise diplomatique, le président Sall « a apprécié avec satisfaction ces mesures » qui sans doute vont bénéficier au Sénégal même si du côté de Dakar, l’on se targue de pouvoir se passer d’Israël. En réalité, cette reprise diplomatique est bénéfique aux deux pays. Les échanges commerciaux entre le Sénégal et Israël, qui ont établi pour la première fois des relations diplomatiques en 1995, sont estimés à plus de 100 millions de dollars en 2015.

De plus, de nombreux ingénieurs agronomes sénégalais sont encadrés par L’Agence israélienne pour la coopération au développement international appelée « Mashav ». En revanche, le Sénégal, un pays stable et écouté en Afrique, peut servir d‘« ambassadeur en Afrique» à l’Israël qui veut jouir d’un statut d’État observateur au sein de l’Union africaine et de la CEDEAO. Netanyahu a déjà informé les deux institutions africaines et le Sénégal a pris bonne note.

« Dans l’esprit de la Déclaration conjointe CEDEAO/Israël issue du Sommet de Monrovia, selon le communiqué de la présidence, le Sénégal a pris bonne note de l’intention de l’Etat d’Israël de bénéficier d’un statut d’observateur auprès de l’Union Africaine ».

L’ intégration africaine d’Israël

Dans son discours d’hier à Monrovia devant une dizaine de chefs d’État et de gouvernement, Netanyahu a annoncé « le retour d’Israël sur le continent africain ». En plus du Sénégal, l’État hébreu qui a récemment annoncé un investissement d’un milliard de dollars dans l’énergie solaire en Afrique, peut compter sur d’autres pays africains pour réussir son intégration. Le géant israélien, Dan Gertler investissement (DGI) et le leader mondial du diamant poli, Israël diamond institute, sont présents déjà en Afrique notamment en RDC, en Sierra Léone et au Liberia. L’Afrique du Sud est également un partenaire économique privilégié d’Israël même si, sur le plan diplomatique les deux pays sont encore distants. En 2008, les investissements israéliens en Afrique sont estimés à plus de 2 milliards de dollars et ils ne cessent de […]

La Tribune [Afrique]