Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Toulouse : les banderoles « Macronavirus » se multiplient, les convocations au commissariat aussi
À la une

Toulouse : les banderoles « Macronavirus » se multiplient, les convocations au commissariat aussi 

Le gouvernement est en panique, il va jusqu’à aller se ridiculiser à embêter des citoyens qui n’en peuvent plus de son incompétence en leur envoyant sa police !


À Toulouse, une jeune femme a été placée en garde à vue pendant plusieurs heures pour avoir mis une banderole « Macronavirus, à quand la fin ? » sur sa maison.

Ce lundi, tous ses colocataires sont à leur tour convoqués au commissariat, tandis que les manifestations de soutien se multiplient.

Ils n’auront finalement pas eu à attendre bien longtemps… 4 jours après la garde à vue de Raphaëlle (nom d’emprunt), tous les colocataires de la jeune femme entendue par la police pour avoir affiché une banderole « Macronavirus, à quand la fin ? » sur leur maison, sont à leur tour convoqués au commissariat de Toulouse. Tous les six ont reçu la même convocation pour une audition libre dans le cadre d’une même infraction : « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique » et sont invités à se présenter à partir de 14h00 ce mardi 28 avril.

Les appels répétés d’un collectif d’associations, syndicats et partis politiques pour que « ces pratiques répressives cessent immédiatement et soient condamnées par le gouvernement ou ses représentants » n’ont visiblement pas été entendus. Et le procureur de la République de Toulouse, entend visiblement poursuivre les investigations, comme il l’avait indiqué jeudi à France 3.

 

Des messages de soutien partout en France

Depuis que l’histoire de Raphaëlle a été médiatisée, les manifestations de soutien se multiplient partout en France. Une vidéo mise en ligne par la CGT du CHU de Purpan à Toulouse, montre les photos de 500 personnes qui posent avec le même message :


Loading video



Les banderoles fleurissent également sur les balcons, aux fenêtres et sur les grilles des jardins, comme ici à Saint-Leu, sur l’île de la Réunion :


Banderole "Macronavirus à quand la fin", île de la Réunion


Les banderoles fleurissent mais les injonctions policières à les retirer également. Dimanche, c’est un habitant du quartier Bonnefoy, à Toulouse, qui a reçu la visite de la police. On lui a demandé d’enlever cette banderole de son mur sous peine de garde à vue :


Banderole "Macronavirus à quand la fin" (3)

Un habitant du quartier Bonnefoy à Toulouse a été contraint d’enlever cette banderole de son mur, dimanche 26 avril 2020.


Photo d’illustration : À Toulouse, les banderoles « Macronavirus, à quand la fin ? » se multiplient sur les balcons, en soutien à la jeune femme placée en garde à vue pour avoir affiché le même message sur sa maison. Denis Hémardinquer

Laurence Boffet

France3 Occitanie

28 avril 2020

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.