D’autres informations plus précises et fraîches concernant l’escroquerie politico-médiatique Didier Lemaire et sa croisade laïciste islamophobe contre la ville et la population de Trappes. Tous le savent en réalité : Blanquer, Darmanin, Schiappa, les RG, les politiques… tous savent qu’il ment mais ça ne l’a pas empêché d’investir les médias pendant 10 jours 24h sur 24.





Didier Lemaire dit vivre « sous escorte policière armée ». Sur place, responsables éducatifs et politiques démentent avec force.

 

À Trappes, c’est l’incompréhension. Les déclarations du professeur de philosophie du lycée La Plaine-de-Neauphle, Didier Lemaire, décrivant cette commune des Yvelines comme une « ville tombée aux mains des islamistes » et où il dit « vivre dans la peur », plongent nombre d’habitants et d’acteurs publics dans le désarroi. Depuis la publication, le 5 février, d’un article dans l’hebdomadaire Le Point dans lequel il raconte son quotidien « sous escorte policière armée », il enchaîne les plateaux de télévision et les émissions de radio.

Partout, il raconte la même histoire. Le décor d’abord : la ville détient un sinistre record, celui du plus grand nombre de départs – soixante-sept – pour le djihad en Irak ou en Syrie entre 2014 et 2016. Le contexte politique ensuite : l’homme décrit des pouvoirs publics passifs et impuissants qui n’ont rien vu venir et qui continuent de fermer les yeux.

La réalité du terrain enfin, conséquence de décennies de déni : lui, contraint d’exercer son métier sous protection policière pour avoir dénoncé à plusieurs reprises les dérives communautaristes. Dans une tribune publiée par L’Obs, en novembre 2020, notamment, quinze jours après l’assassinat de Samuel Paty, dans laquelle il lançait « un appel à la résistance face à la menace islamiste ». Il y a une quinzaine de jours également, en participant à un reportage pour la télévision néerlandaise portant sur le « séparatisme » à Trappes. Contacté par Le Monde à plusieurs reprises, M. Lemaire n’a pas répondu à nos sollicitations.

Une enquête confiée à la police judiciaire de Versailles a été ouverte par le parquet de Versailles, le 26 janvier, pour « menaces sur personne chargée de mission de service public » à la suite d’un signalement de la journaliste néerlandaise qui a déclaré avoir reçu des « menaces indirectes » destinées au professeur.

« M. Lemaire saccage nos efforts »

Du côté de l’éducation nationale, c’est la « stupeur »« Le professeur n’a jamais fait mention d’aucun incident le concernant », souligne-t-on. Ali Rabeh, le maire Génération.s (le mouvement fondé par Benoît Hamon) de la ville, se dit en « colère » face aux « mensonges » de l’enseignant qui « joue un jeu dangereux au nom de ses convictions politiques ». Tandis que Jean-Jacques Brot, le préfet des Yvelines, se dit « inquiet » des « outrances et de certaines inexactitudes » du professeur qui se montre « irresponsable » et « met de l’huile sur le feu ».

[…]


Photo d’illustration : Capture d’écran de l’émission « L’Heure des Pros » sur CNews, diffusée le 8 février, à laquelle Didier Lemaire était invité. CNEWS

Le Monde

9 et 11 février 2021