Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Une journaliste de « l’Opinion » harcèlerait un confrère de « Libé » avec un faux compte Twitter !
À la une

Une journaliste de « l’Opinion » harcèlerait un confrère de « Libé » avec un faux compte Twitter ! 

Cette anecdote vous donne une idée du comportement observé au sein du milieu journalistique parisien et de l’état d’esprit de ses membres. On est véritablement au fond du trou, il n’y a plus de déontologie ni d’honneur à préserver, juste des coups bas et des coups de couteaux dans le dos.


Depuis plusieurs jours, un compte anonyme cible un journaliste de « Libération », allant jusqu’à annoncer son possible licenciement.

Une recherche laisse à penser que le compte a été créé par la journaliste de « l’Opinion » Emmanuelle Ducros.

Depuis quelques jours, un compte Twitter anonyme relaie des informations fausses et diffamatoires sur un des journalistes de CheckNews, annonçant notamment son possible licenciement de Libération.

Le compte Twitter en question, @RaysonElla, a été créé le 14 juin 2019. Depuis le 4 septembre, il a posté une cinquantaine de tweets (d’autres ont été postés entre juin et septembre, mais ont été supprimés depuis). La quasi-totalité des tweets visent des journalistes ayant eu affaire d’une manière ou d’une autre à Emmanuelle Ducros, journaliste de l’Opinion, en charge des questions agricoles et au cœur de fréquents débats (souvent agités) à propos, notamment, du glyphosate. Certains tweets visent ainsi Daniel Schneidermann, fondateur d’Arrêt sur images. Mais aussi plusieurs hommes et femmes politiques comme Jean-Luc Mélenchon, Isabelle Saporta, Manon Aubry ou Cécile Duflot.


Mais la principale cible est Robin Andraca, journaliste à CheckNews, et auteur en juin dernier d’un article qui répondait à la question suivante : «La journaliste Emmanuelle Ducros a-t-elle été rémunérée par des lobbys de l’industrie agroalimentaire ?»

Dans un tweet, @RaysonElla accuse ainsi Robin Andraca de « cachetonner » pour le site Bella Ciao, qualifié de « fanzine antifa et anticapitaliste », capture d’écran à l’appui. Le site en question n’avait en réalité fait qu’un simple copier/coller d’un article écrit sur le site Arrêt sur images par Robin Andraca, à l’époque où il travaillait encore pour le site de critique média. Il suffit de descendre en bas de la page pour s’en apercevoir.

Beaucoup plus grave, le même jour, @RaysonElla lance une rumeur selon laquelle le même journaliste pourrait être licencié de Libération« Il se murmure qu’@RobinAndraca agace vraiment chez libé. Beaucoup de conneries dans les papiers, beaucoup d’imprudences. On me dit dans l’oreillette qu’il est sur la sellette… Stay Tuned! Il pourrait avoir quelques mauvaises surprises venues d’en haut. #gorgeprofonde », écrit ainsi @RaysonEllsa.





Un autre tweet suggère que Robin Andraca serait impliqué dans une affaire d’usurpation d’identité aux dépens d’Emmanuelle Ducros.




Un autre tweet vise le service CheckNews dans sa globalité, faisant état là encore de la défiance de la direction de Libé vis-à-vis de la rubrique.



Il est classique d’être confronté sur Twitter au harcèlement d’anonymes, mais nous avons cherché à savoir qui était derrière ce compte, étant donné son évidente intention de nuire, ciblée sur une personne, et la gravité des contre-vérités colportées.

À notre grande surprise, plusieurs éléments indiquent qu’il est, selon toute vraisemblance, l’œuvre de notre consœur Emmanuelle Ducros elle-même.

Un élément déclencheur nous a intrigués. Lors d’une discussion entre le compte Twitter de CheckNews et @RaysonElla, le 11 septembre, le vrai compte d’Emmanuelle Ducros (@emma_ducros) est intervenu dans la conversation, parlant soudainement de la journaliste de l’Opinion… à la troisième personne. Suggérant un « tweet fail », c’est-à-dire une erreur de manipulation d’une personne gérant simultanément deux comptes, et postant un contenu avec le mauvais compte.

A 9 h 23, elle écrivait ainsi « Mais ce qui est rassurant c’est que ce n’est pas tant à Ducros que vous nuisez mais à vous. Vous passez pour des glands incapables. Et elle, elle est soutenue. »



Des recherches ultérieures ont validé cette piste. Chaque compte Twitter est en effet associé à un numéro de téléphone et un mail. Et il est possible de glaner quelques indices sur l’identité d’une personne derrière un compte Twitter anonyme.

Une fonctionnalité sur Twitter permet en effet aux utilisateurs ayant perdu leur mot de passe de se faire envoyer un code pour réinitialisation. Il suffit d’indiquer l’adresse de son compte Twitter dans la rubrique dédiée à la récupération des mots de passe. Le réseau social propose alors à l’utilisateur d’envoyer un code, soit au numéro de téléphone lié au compte, soit à l’adresse mail liée au compte. Pour des raisons de confidentialité, les numéros de téléphone et mail ne sont affichés que partiellement (seuls les deux derniers chiffres du numéro de téléphone et quelques lettres du mail).

En écrivant le pseudonyme du compte harceleur @RaysonElla dans cette rubrique Twitter dédiée à la récupération des mots de passe perdus, Twitter nous indiquait mercredi qu’il était lié à un numéro de téléphone se terminant par 92, et au mail suivant (chaque étoile remplace un caractère) : ed*****@l*******.**



Cette adresse « en pointillé » colle avec l’adresse e-mail professionnelle d’Emmanuelle Ducros …


Photo d’illustration : Emmanuelle Ducros – Capture d’écran « C dans l’air »

Cédric Mathiot

13 septembre 2019

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :