Olivier Véran a avoué hier qu’il y avait 15 000 professionnels de santé suspendus depuis l’obligation vaccinale, en réalité vous pouvez multiplier ce chiffre par 5 voire 10 sans aucune difficulté. Déjà, bien avant cette crise sanitaire du coronavirus, l’hôpital public était en tension extrême ; le délester aujourd’hui de plusieurs dizaines de milliers de professionnels de santé est juste criminel, ceci aura des conséquences meurtrières. Le moindre malaise cardiaque ou cérébral dans les rues de Bourges conduira au décès de la personne car elle n’aura pas été transportée à temps à l’hôpital !



Le transport d’urgence n’a pas été assuré à l’hôpital de Bourges dans la nuit de vendredi à samedi, faute de médecins.

Dans la foulée, trois élus du Cher, dont le maire de Bourges ont porté plainte pour mise en danger de la vie d’autrui.



Une situation intenable. Aucune ambulance du Smur de Bourges (Cher) n’a été disponible dans la nuit de vendredi à samedi. Alors que l’établissement avait cherché un médecin urgentiste intérimaire, personne n’était disponible. Conséquence directe, le transport d’urgence n’a pas été assuré pendant plusieurs heures.Dans la foulée, trois élus du département, les maires de Bourges, Vierzon et Saint-Amand-Montrond, ont porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui. Dans un communiqué commun, ils s’inquiètent d’une situation « inédite de par sa gravité » et dénoncent une « perte de chance de survie en cas d’urgence vitale » pour tous les habitants du département. « Ça fait deux ans que cette situation dure et un an que l’on a alerté les services de l’ARS et le ministère de la Santé. On nous balade », ajoute Nicolas Sansu, maire PCF de Vierzon dans le reportage de TF1 en tête de cet article.
Selon des informations de France Bleu, seuls 12 postes de médecin urgentiste (sur les 24 disponibles) sont actuellement pourvus dans cet hôpital. La direction doit donc régulièrement faire appel à des intérimaires. « On est victimes de la pénurie nationale d’urgentistes. En région centre, elle se fait particulièrement ressentir. C’est la région métropolitaine où la démographie médicale est la plus faible », confirme à TF1 Agnès Cornillault, directrice du centre hospitalier Jacques Cœur à Bourges.

« C’est honteux »

La continuité des soins – et le maintien de leur qualité – est donc régulièrement menacée. Les usagers sont excédés par ces pénuries chroniques. « C’est honteux qu’il n’y ait aucun médecin qui puisse se déplacer à Bourges, surtout en urgence. Quand on a un malaise cardiaque ou quelque chose de grave, on n’a rien. SOS médecin n’est pas non plus joignable », fustige une habitante. « C’est inadmissible étant donné que l’on a besoin de ces équipes-là », renchérit un autre riverain.Quand le Smur de Bourges ne fonctionne pas, les hôpitaux de Vierzon et de Saint-Amand-Montrond viennent en renfort. Problème, ils sont situés à 40 minutes de route. Pire, ils n’ont eux-mêmes qu’une ambulance disponible. Durant ce laps de temps, seuls deux des quatre véhicules d’urgence doivent donc couvrir l’ensemble du Cher. « Depuis le début de l’année 2021, le SMUR de Vierzon a effectué 46 sorties pour le compte du SMUR de Bourges. Vous voyez le bazar »,  lance Nicolas Sansu.

Bourges : pourquoi les urgences ont-elles été fermées toute une nuit ?

 

Selon une étude récente, le nombre de médecins en France va continuer à baisser jusqu’en 2024. Il ne retrouvera son niveau actuel qu’en 2035.


M.G

site logo

12 octobre 2021