Leur système est en train de s’effondrer car les plaintes pour décès post-vaccinaux vont se multiplier. Il faudra médiatiser au maximum ces affaires car on imagine que la presse mainstream ne le fera pas…


Un avocat de Saint-Nazaire a été saisi de plusieurs dossiers après les plaintes déposées par les proches de personnes décédées ces dernières semaines.

Toutes avaient reçu une injection de vaccin AstraZeneca contre le Covid-19. D’autres plaignants se sont également manifestés pour des effets secondaires indésirables et graves.

Le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 a-t-il causé la mort de plusieurs Français ces dernières semaines ? Selon les informations d’Europe 1, un avocat de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, a été saisi de neuf plaintes de familles pour des effets secondaires mortels liés au sérum. « Parmi les personnes qui sont décédées, aucune ne présentait un quelconque antécédent médical en relation avec la survenance d’une thrombose qui leur a été fatale », explique Maître Étienne Boittin à la radio. « Les plaintes qui ont été déposées l’ont été sur le fondement de l’homicide involontaire. Cette qualification pourrait être amenée à évoluer ».

Un étudiant de 24 ans

Parmi les plaignants défendus par l’avocat, on retrouve les proches d’un étudiant en médecine de 24 ans, retrouvé sans vie à Nantes, dix jours après avoir été vacciné à l’AstraZeneca. « Il n’avait aucun antécédent médical, aucune maladie, rien. Il était en parfaite santé. Alors ce vaccin, c’est la seule branche à laquelle on peut se raccrocher pour comprendre ce qui s’est passé », avait confié le frère du jeune homme à Ouest-France le 22 mars dernier.

Maître Étienne Boittin indique à Europe 1 qu’il a également constitué une quinzaine de dossiers sur des effets indésirables mais non mortels. « Ce sont essentiellement des atteintes de nature vasculaire ou de nature neurologique », précise-t-il. L’avocat aurait par ailleurs été saisi pour des conséquences liées au vaccin Pfizer, avec des patients qui ont déploré un AVC et des tremblements inexpliqués.

Des plaintes à Toulouse et en Haute-Savoie

L’avocat de Saint-Nazaire n’est pas le seul à être confronté à ce type de plaintes. La famille d’une femme de 38 ans, morte d’une thrombose après avoir reçu une première dose du vaccin AstraZeneca, a annoncé avoir déposé une plainte contre X auprès du parquet de Toulouse, vendredi 2 avril. Le même jour, les proches d’un homme de 63 ans, décédé en mars en Haute-Savoie de « multiples thromboses », ont également déposé plainte auprès de la gendarmerie.

Une balance bénéfices-risques toujours positive 

Face aux soupçons concernant le vaccin AstraZeneca, la France a décidé de le réserver désormais aux plus de 55 ans. Les personnes plus jeunes ayant déjà reçu une première dose de vaccin se verront proposer une seconde dose de sérum ARN messager. Même si l’OMS avait indiqué qu’elle ne pouvait, faute de « données adéquates », faire de recommandation sur un changement de vaccin anti-Covid entre deux doses.

Un responsable de l’Organisation mondiale avait réaffirmé que la balance bénéfices-risques pesait « largement » en faveur de l’utilisation du vaccin. De son côté, l’Agence Européenne du Médicament (AEM) a reconnu qu’il existait un lien possible avec des cas rares de caillots sanguins mais que les injections du produit suédo-britannique restaient sûres.


Photo d’illustration : Le vaccin AstraZeneca est-il responsable de nombreux effets indésirables et de la mort de plusieurs Français ? HUNTLH / PIXABAY

Midi Libre

NewsGene
14 avril 2021