Enfin : les francs-maçons interdits de gouvernement en Italie !

Partager
francs_maçons_italie_gouvernement

Des militants du Mouvement 5 étoiles à Milan, en Italie, le 20 mai 2018. (MIGUEL MEDINA / AFP)


Extraordinaire bol d’air frais que cette nouvelle salutaire. La nouvelle alliance gouvernementale a interdit dans son programme l’appartenance de tous membres de la mafia maçonnique au nouveau gouvernement. Plusieurs points sont à analyser concernant cette décision historique et courageuse.

Bien sûr, les loges maçonniques vont crier au scandale et au fascisme pour se défendre. Elles vont se victimiser en rappelant à tous, les heures les plus sombres de l’histoire bla-bla-bla ! Sauf que nous sommes en 2018 et que la seconde guerre mondiale est terminée depuis très longtemps.

Curieusement, cette mafia kabbaliste criminelle ne rappelle pas au plus grand nombre ses innombrables crimes contre l’État et le peuple italien. Elle devrait tout simplement avoir honte d’avoir gouverné aussi longtemps et poussé le pays à la faillite totale. Faut-il rappeler ici l’appartenance à la franc-maçonnerie de Julio Andreotti qui a longtemps gouverné l’Italie. Faut-il rappeler les crimes innombrables de Licio Gelli, le patron de la loge P2, affiliée au Grand Orient d’Italie, responsable de l’assassinat du pape Jean-Paul Ier comme le démontre David Yallop dans son livre Au nom de Dieu ! Sans oublier bien sûr les liens directs entre la franc-maçonnerie italienne et la mafia la plus sanglante. Sans parler enfin de l’appartenance de Silvio Berlusconi à la loge P2 ainsi qu’à toutes les magouilles dans lesquelles il était impliqué. Bref, il existe 1000 raisons valables pour non seulement exclure la franc-maçonnerie du gouvernement mais de totalement l’interdire, car ce serait un acte patriotique salvateur.


Cette règle inscrite dans le programme établi entre le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue en vue de la formation d’un gouvernement, n’a pas tardé à faire réagir.  

Le « code éthique » des partis antisystème italiens est clair : « Ne peuvent pas entrer dans le gouvernement : des personnes (…) qui appartiennent à la franc-maçonnerie ». Au même titre que « les personnes condamnées au pénal ». Cette règle inscrite dans le programme établi entre le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue en vue de la formation d’un gouvernement, n’a pas tardé à faire réagir. Vendredi 18 mai, les francs-maçons italiens ont dénoncé une mesure « anticonstitutionnel » et rappelant « les lois fascistes ».

Le Grand Orient d’Italie a précisé que « les francs-maçons jurent solennellement fidélité à la République italienne (…) et s’engagent à respecter les normes et les lois ».

« Une dérive liberticide dangereuse »

« L’idée d’insérer une clause anti-francs-maçons dans le contrat entre la Ligue et le M5S est contraire aux principes constitutionnels. Elle rappelle les lois fascistes que les francs-maçons ont toujours dénoncées et qui représentent les conséquences d’une dérive liberticide dangereuse », assure le Grand Orient dans un communiqué.

Il rappelle les articles de la Constitution qui s’opposent à cette discrimination, et cite les noms de ses membres qui se sont illustrés dans l’histoire du pays, de Garibaldi à Goffredo Mameli, auteur de l’hymne italien.


France TV Info / AFP

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)