Jean ROBIN Vs Jean-Pierre PETIT : l’histoire d’une arnaque !

Robin_Petit_Arnaque_Une


ArnaqueÉtant donné que ce moralisateur fraîchement converti au christianisme après sa rencontre avec l’inénarrable Morgan Prie$t (ce n’est pas une blague !) ne cesse de se présenter comme un parangon de vertu, il nous semblait utile de rappeler à nos lecteurs ce texte de Monsieur Jean-Pierre Petit qui a eu affaire à lui et qui en dit long sur Monsieur Jean Robin…

Il fallait absolument mettre en lumière les agissements de J. ROBIN sur son comportement dégueulasse envers un septuagénaire (75 ans !). Pour ma part c’est plus que de l’abus de confiance ;  on est plutôt dans l’abus de faiblesse, l’arnaque, le chantage et la manipulation des lecteurs et clients au moyen de fausses déclarations… un feu d’artifice de douceurs pour le Robin des bois des médias, le redresseur de torts qui abuse et vole les vieilles gens pour redistribuer dans sa poche… Voici, ci-dessous, l’histoire que nous raconte le brillant physicien, et non des moindres, Jean-Pierre PETIT lors de sa collaboration avec Jean ROBIN qui a eu l’idée de sortir un DVD d’entretiens. Avouez que c’est pour le moins cocasse pour celui qui traita A. Soral de voleur de livre ! Le même ROBIN qui s’arroge le droit de critiquer l’Islam à tout bout de champ !!! Nous exigeons de lui qu’il redistribue la totalité des gains (vente des DVD…) à l’association de J.-P. PETIT, à moins qu’il ne choisisse de traîner cette casserole très longtemps, car nous serons là pour le rappeler à tous.

Voici le texte de Jean-Pierre PETIT, directement disponible sur son propre site ici.



25 février 2012-7 mars 2012. Réponse à Jean Robin

Depuis quelques jours, je reçois de nombreux messages de lecteurs me demandant la raison de la suppression, le 15 février 2012, de l’accès aux 3 vidéos, toutes consacrées au sujet d’ITER, où j’ai été interviewé, en ligne sur le site d’Enquête et Débat. Jean Robin a ensuite mis en ligne sur ce site , le 20 février 2012, un texte intitulé « Précisions sur Jean-Pierre Petit », où je suis, entre autres, qualifié de « menteur ».

7 mars 2012 : Cette page a plongé dans les oubliettes de l’actualité d’Enquête et Débat. Voici comment y accéder, lire les commentaires et éventuellement en poster un autre : http://www.enquete-debat.fr/archives/precisions-sur-jean-pierre-petit-40887

Par contre, l’icône conduisant à une page incitant les lecteurs d’Enquête et Débat à acheter les DvD de Jean-Pierre Petit est toujours en bonne place, sur la page d’accueil (50 euros par coffret de trois), alors que le pourcentage convenu (3 euros par DvD vendus ) ne parvient plus à l’association Savoir sans Frontières, comme cela avait été convenu. Et cela depuis juillet 2011.

Abus de confiance.

Je n’ai personnellement nul besoin de la « publicité » que jean Robin prétend me faire, à travers ces interviews et je souhaiterais qu’ils soient immédiatement retirés et effacés. Il ne vend plus ces DvD qu’à son profit exclusif. Des lecteurs m’interrogent sur les raisons de cet acharnement, lisible dans la page citée plus haut.

Je n’avais pas jugé utile de porter sur la place publique nos différends, ayant en ce moment des travaux urgents à boucler et bien d’autres sujets plus importants sur lesquels concentrer mon attention. Je m’étais contenté d’indiquer sur mon site, sans en donner la raison, que je ne serais pas présent à la Foire du Livre, à Paris, les 16-17-18 mars 2012 et que je ne suis pour rien dans la supression d’accès aux vidéos, opérée par Jean Robin le 15 février 2012.

Mais les allégations mensongères de Jean Robin me contraignent à apporter une réponse. Dans son article, Jean Robin écrit « Reprenons l’historique ». Voici le véritable historique.

Prise de contact :

Jean Robin me contacte en mai 2011 et me sollicite pour une interview sur le thème de la «liberté d’expression». Avant cela, je ne connaissais ni son site, ni sa maison d’édition, ni sa personne. En regardant son site, l’idée de «donner la parole aux gens et d’organiser des dialogues/débats sans tabous » me parait intéressante. J’accède donc à sa demande d’interview et il passe chez moi le week-end du 21-22 mai 2011, durant lequel, nous avons enregistrons 5 heures d’interview.

Avant sa venue chez moi, il n’est nullement question de vente. A mon domicile, Jean Robin exprime son souhait de commercialiser ces interviews. Personnellement, de toute ma vie, je n’ai jamais vendu une seule interview ! Mais, songeant aux difficultés que peuvent rencontrer des petits médias indépendants, je décide d’accepter que Robin puisse gagner quelque argent en vendant ces interviews sous forme de DVD, ceci dans le but de l’aider.

Nous concluons donc un accord selon lequel, je ne touche personnellement pas un seul centime dans cette opération, mais où 3€ par DvD vendu (vendu directement par Enquête et Débat, sans intermédiaire, au prix de 20 euros, plus les frais de port) devront être versés à l’association Savoir Sans Frontières.

Première « réussite » :

La vente du premier coffret (DvD 1-2-3) est lancée et j’en fais, à la demande de Jean Robin, l’annonce sur la page d’accueil de mon site pour l’aider à démarrer. Ce premier coffret est une réussite (l’article de Robin en témoigne). Il revient donc chez moi passer un second week-end (les 16-17-18 Juillet 2011), durant lequel nous enregistrons 10h d’interview. A cette occasion, Jean Robin m’informe que 400 DvD ont été vendus en 5 semaines, et que donc 1200€ reviennent à l’association Savoir Sans Frontières. Il tient à filmer le moment où il me remet ce fameux chèque et à intégrer cette séquence dans les DvD en vente, ce qui lui donne au passage une bonne image.

Quand des doutes se font jour :

La vente du deuxième coffret (DvD 4-5-6) est lancée. Comme pour le premier, à la demande de Jean Robin, j’en fais l’annonce sur mon site, toujours dans l’objectif de l’aider. Mais le temps passe, et on ne voit plus arriver quoi que ce soit, correspondant en principe à la part revenant à l’association Savoir sans Frontières.

Jusque là, je suis sans méfiance. À partir de novembre, je demande à Jean Robin quel est l’état de vente du deuxième coffret et ce qu’il en est de la suite des ventes du premier. Je lui demande au passage sur quelle somme l’association Savoir sans Frontières pourra compter.. Sa réponse est alors très élusive : « heu, vous savez, le 2ème coffret ne se vend pas aussi bien que le premier. ».

Je lui dis qu’il est alors envisageable d’abaisser la part de Savoir sans Frontières de 3 à 2 euros par DvD vendu, dans l’idée de lui laisser plus de marge. Et en même temps, j’envisage qu’au vu de cette baisse des ventes le troisième coffret de 3 DvD puisse ne pas être édité.

Mais, peu de temps après, Jean Robin me relance, de manière pressante, en me demandant d’annoncer sur mon site la proche mise en vente du 3ème coffret, de manière à bénéficier de pré-paiements qui lui permettraient de financer l’opération sans prendre de risque. Je lui repose alors la question sur l’état de vente des premiers deux coffrets. Là, le ton change et devient incisif : « je vous rappelle que ma femme et moi, nous ne sommes ni retraités ni employés, nous ne sommes pas propriétaires, nous devons d’abord sortir notre loyer et nos salaires… ».

Je comprends à ce moment là que l’Association ne percevra plus un euros sur les ventes de ces 9 DvD d’une heure trente chacun.

D’ailleurs, dans une réponse que Jean Robin a donné @bernard (en date du 20 février 2012), on trouve  : « dès qu’on leur explique qu’on ne touche pas d’une retraite ni un salaire, les problèmes commencent… ».

Quels problèmes ?

Si j’avais su que les choses évolueraient de cette manière, je n’aurais jamais laissé se développer une telle opération dans laquelle l’association Savoir Sans Frontières et moi-même jourions le rôle de « caution morale » ! Il ne s’agit pas d’un simple désaccord sur l’exploitation de mon image, c’est une question d’honnêteté. Le fait est que la séquence où on voit Jean Robin me remettre ostensiblement un chèque de 1200€ lui confère une image durable de « mécène » vis-à-vis de l’association, puisqu’on la retrouvera présente sur tous les DvD, sans limitation de temps, alors qu’il était devenu rapidement clair que cette opération n’était plus pour lui qu’une source de profit.

Quand la situation se dégrade…

Entre temps, se situe la rencontre filmée avec Michèle Rivasi, le 16 novembre 2012, et ma longue interview sur ITER. Dans cette dernière, les lecteurs peuvent constater mon état de fatigue. Mais, étant donné l’importance du sujet, je tiens à faire rapidement ce travail et à donner des explications sur les aspects techniques du projet d’ITER. Pour que ceci soit plus facile à comprendre, de retour chez moi, je décide d’ajouter des schémas. Je prépare donc toutes ces images, en fournissant à Robin le timing précis. Il ne lui reste plus alors qu’à inserrer ces documents dans la vidéo, aux emplacement indiqués.

Ce sujet ITER est, à mes yeux, d’une grande importance. C’est pourquoi je souhaite que ces vidéos soient en accès libre à tout le monde. J’ai cru, quelque peu naïvement sans doute, que Jean Robin avait fait ces vidéos en accomplissant son devoir de journaliste ou par intérêt pour ce sujet.

Les jours passent, et la vidéo tarde à apparaître. Je me permets de demander à Jean Robin « quand la vidéo sera-t-elle mise en ligne ? ». Sa réponse, reproduite mot pour mot : « je ferai ça quand vous aurez fait la promotion du 3ème coffret sur votre site ».

Surchargé de travail, je reste littéralement estomaqué en me trouvant confronté à un tel chantage.

Ayant compris que je ne cèderais pas, face à son injonction, Jean Robin finit par mettre cette interview en ligne, en signalant (juste en bas de la vidéo) : « A noter que nous aurions pu en faire un DVD à commercialiser, mais vu l’importance du sujet, nous avons préféré le mettre gratuitement à la disposition du grand public, qui doit être informé« .

Je lui demande immédiatement d’enlever cette phrase grotesque. Il ne donne pas suite. Au moment où j’écris ces lignes, elle figure toujours dans son site, sous l’image d’appel de cette vidéo.

Cette longue interview que j’ai donnée est le résultat d’un travail intensif, durant de longs mois, se traduisant par l’étude de plusieurs milliers de pages de documents et par des dizaines d’heures de discussions avec des spécialistes. Un travail effectué uniquement dans l’objectif d’informer les lecteurs et d’attirer leur attention sur les problèmes liés à ITER.

Dans l’esprit de Jean Robin, il en va tout autrement. Réaliser cet enregistrement, effectuer ce travail de montage, mettre cette vidéo en ligne représente à ses yeux une faveur insigne faite à ma personne, par quelqu’un qui se considère comme « LE journaliste qui, sur les 10 ou 15 dernières années, peut-être plus, en ait le plus fait pour JPP, sans la moindre contestation possible« .

Il est à noter, au passage, dans cette phrase extraite de l’article qu’il a mis en ligne sur son site, que Jean Robin y modère quelque peu son propos. En effet, dans le message qu’il m’adresse le 3 février 2012 il écrit textuellement  : « Je pense avoir fait beaucoup plus pour vous que n’importe quel éditeur ou journaliste dans toute votre carrière. Ne l’oubliez jamais ».

Le non respect des engagements dans la vente des DvD, et ce chantage stupéfiant me font comprendre que Jean Robin et moi n’avons pas la même conception du travail d’un journaliste ni les même critères éthiques. Alors que Robin souhaite vivement que j’aborde, dans d’autres interviews, d’autres pans de mes activités de recherche, concernant la construction des pyramides, la navigation dans l’Egypte de l’Ancien Empire, etc., je décide d’interrompre tout développement de notre collaboration en refusant de lui fournir matière à la création de nouveaux DvD.

Autant je suis toujours prêt à aider des jeunes qui veulent réellement faire du travail sérieux et qui défendent la liberté d’expression, en leur permettant de gagner au passage quelque argent, autant je ne souhaite pas m’associer à des actions dont l’opacité ne correspond plus à mes principes d’éthique.

La Bible en BD :

Pendant le deuxième week-end passé chez moi (les 16-17-18 juillet 2011), donc bien avant que je commence à apercevoir des problèmes liés aux DvD en vente, et aux interviews enregistrées, Jean Robin apprend que j’ai créé, des années auparavant, une adaptation de la Bible en BD. A sa demande je lui en fournis une copie, sous la forme d’un pdf gravé sur un CD. Une semaine plus tard il me demande si j’accepterais de publier cet ouvrage dans sa maison d’édition, Tatamis, dont j’apprends au passage l’existence. Il me décrit cette maison comme « existant depuis plusieurs années, marchant bien, avec un bilan positif ».

Après quelques hésitations, j’accepte.

Quand Jean Robin écrit dans son article « il nous présente une Bible en BD qu’il a écrite il y a bien longtemps, mais qu’aucun éditeur n’avait jamais voulu publier. Nous lui proposons après une lecture plus approfondie de la publier dans la maison d’édition Tatamis, partenaire (…) d’E&D. Il accepte sur-le-champ.», c’est faux.

Cette Bible en BD constituait initialement, mes propres notes d’étude de la Bible. Je ne l’ai JAMAIS présentée à aucun éditeur. Des internautes se souviendront peut être qu’elle fut pendant des années librement téléchargeable sur mon site. A cette époque le pdf fut repris sur plusieurs autres sites (Sens de la vie, Livre pour Tous, etc.).

Sur quel document ou confidence Jean Robin s’appuie-t-il pour affirmer, concernant ce document qu’aucun éditeur n’ait jamais voulu le publier !?

Quand il me propose d’éditer ce document, mon hésitation est liée au fait que ces notes d’étude personnelles restent dans un état proche d’un « brouillon ». Pour faire de cet ensemble quelque chose de publiable, un énorme travail restait à faire, de retouche de dessins, de retranscription non manuelle des textes, de vérification des quelques 2000 citations bibliques qui les émaillaient.

J’hésite parce que ce travail de préparation représente des mois de travail à temps plein. Or le temps m’est précieux. Mais devant l’enthousiasme manifesté par Jean Robin, je finis par céder, un peu trop rapidement, puisque entre le temps où il formule sa demande et celui où je donne mon accord, il ne s’écoule que trois semaines. Le contrat d’édition est signé le 16 août 2011.

La Bible en BD, est mise en vente directe, par correspondance, par Robin lui-même le 13 décembre 2011. Après avoir suscité, depuis mon site, des pré-commandes, j’en fais immédiatement la promotion, par le même canal. A Paris, je participe à un débat avec l’abbé de Tanouarnau, et je présente l’ouvrage à des libraires de ma connaissance. Le résultat de ces annonces est immédiat. Complètant nombre de pré-commandes, émanant des lecteurs de mon site, cette opération se solde par la vente de plus 300 ouvrages (du propre aveu de Jean Robin), constituant à son profit une trésorerie de plus de 7500€, pratiquement la moitié du coût d’impression. Et ceci pendant les premières 2 semaines de vente (décembre 2011)!

Postérieurement au lancement de cette publication, après que je lui aie signifié que je ne souhaitais plus enregistrer de nouvelles interviews il me sollicite à plusieurs reprises :

– En me demandant de participer à un débat en vue de promouvoir la vente d’un autre livre par sa maison d’édition.

– En me demandant de publier une note de lecture dans mon site, pour un de ses propres livres.

Je prends le temps de lire les livres en question, et pour différentes raisons je signifie à Robin que je ne peux pas commenter ces ouvrages, ni débattre avec l’auteur en question, malgré ses rappels pressants.

S’agissant de cette édition, Jean Robin la présente comme le plus grand risque qu’il ait pris de sa vie. Concrètement : 16.000€ frais d’impression à payer mi-février selon ses propres dires. Je rappelle :

– qu’outre les quelques milliers d’euros provenant de la vente directe de la BD, Jean Robin vend, depuis juin 2011, mes interviews représentant 9 DVD.

– que la vente des premiers 3 DVD lui a rapporté 8000€ en un mois.

Est-ce vraiment déraisonnable de supposer que les ventes de ces 9 DVD, en plusieurs mois, lui ont rapporté largement plus que les frais d’impression, avant même qu’il ait été mis en demeure de payer son imprimeur, le 15 février 2012 ?

En d’autres termes, quand Jean Robin évoque un « risque financier exorbitant », de quoi parle-t-il ?

Jean Robin s’abstient de payer, pendant plusieurs mois, la part censée revenir à l’association Savoir Sans Frontières, après avoir obtenu l’enregistrement la fameuse séquence de la « remise du premier chèque » , sous prétexte que « la vente des DVD ne se passe pas si bien » . À plusieurs reprises il se présente, vis à vis de moi, comme un bienfaiteur, s’insurgeant contre mon manque de gratitude.

Au vu des données factuelles qui ont été présentées, j’invite simplement les lecteurs à se forger leur propre jugement. Citons quelques passages extraits de son l’article :

– Les premiers DVD se vendent bien, très bien même, largement au-delà de nos espérances, et principalement grâce à sa communauté de lecteurs assidus.

– les DVD se vendent bien, en plus Jean-Pierre Petit joue le jeu en indiquant en une de son site qu’ils sont sortis et que ses lecteurs peuvent les acheter, ainsi que la Bible ;

– nous avions de nouveaux livres à sortir, donc de nouveaux auteurs à nous occuper, de nouvelles personnes à interviewer, de nouveaux articles à écrire, et surtout de nouvelles sources de financement à identifier car la manne des DVD se tarissait très vite

L’incident « à caractère privé ».

À plusieurs reprises, Jean Robin, à travers ses réponses aux lecteurs, leur dit en clair que notre différent repose sur quelque chose de « privé ». Il y a eu effectivement un « incident privé », auquel je n’aurais jamais fait référence, si lui-même ne l’avait pas ainsi évoqué.

Il n’était pas dans mon intention d’étaler cette affaire en public. Mais le dernier article de Jean Robin sur moi, ainsi que ces réponses qu’il a faites aux lecteurs me contraint de le révéler.

En septembre 2011, quand la collaboration se passait encore plutôt bien, Jean Robin me demande d’être son témoin de mariage en me disant que « je suis une des deux personnes les plus importantes pour lui ». Ma foi, n’étant pas de sa famille ni un proche de longue date, j’éprouve quelque surprise. Mais, je ne veux pas paraître impoli en refusant une telle demande.

Le mariage est prévu le samedi 4 février 2012. Entre-temps, j’avais appris à le connaître à travers les épisodes décrits ci-dessus. Nos contacts s’espaçaient. Mais, une parole donnée doit être tenue.

Donc, le vendredi 3 février, je pars pour Paris. Si les lecteurs se souviennent bien, ce jour se trouve être un des plus froid de cet hiver, il neige, une partie de l’autoroute vers la gare d’Aix est même fermée, le trafic ferroviaire est très perturbé, avec beaucoup de retards à la clé. Pour être sûr de ne pas manquer à ma parole, je décide de partir à 7h du matin de chez moi, pour arriver à Paris au cours de l’après-midi. Or, dans la nuit de ce jour, à 2h28, Jean Robin m’envoie un courriel me disant, je cite :

« Tout compte fait, votre présence à mon mariage n’est plus souhaitable car nous ne souhaitons pas avoir de personne d’esprit négatif ».

De mon côté, en arrivant à Paris, logé chez des amis, je n’ai pas l’impolitesse de sauter sur leur ordinateur familial pour regarder ma messagerie. Je me rends donc au mariage comme prévu et suis accueilli par « ah, vous êtes quand-même venu ! ». Ne comprenant rien de cette remarque, je tiens mon rôle de témoin, comme j’avais promis.

Quarante huit heures plus tard, étant en mesure de consulter ma messagerie chez des amis je découvre le message de Jean Robin. Je lui écris aussitôt que si j’avais eu connaissance de ce message à temps, je ne me serais jamais rendu à son mariage. Sa réponse immédiate : « nous avons cru que vous aviez reçu le message mais vous teniez quand-même venir. Arrêtons de nous chamailler, moi, j’ai passé l’éponge ».

Pas un seul mot d’excuse après cet acte complètement insultant ! Il … passe l’éponge !

J’ai 75 ans  J’ai dû voyager une dizaine d’heures, en taxi et puis en train, parcourir 1600km (A/R) par ce temps extrêmement mauvais au début février… pour faire face à un comportement aussi vulgaire et un pareil manque de respect.

Vous devez, à la lecture de ces lignes, vous interroger sur ce qui a pu motiver de la part de Jean Robin l’envoi d’un mail aussi insultant.

Dans les jours précédants, discutant des problèmes de logistique liés à la participation aux différentes manifestations ou Foires du Livre, j’avais recommandé à Robin, qui disait n’avoir pas conduit depuis quelques années, de prendre quelques leçons de conduite pour valider un permis de conduire qu’il possédait déjà, et être ainsi à même de conduire une camionnette légère.

Quel rapport entre cette question de validation d’un permis et ces foires ? Le lecteur sera peut être surpris d’apprendre que lors de la préparation de notre participation au festival d’Angoulème, Jean Robin avait tout simplement proposé que ce soit moi qui me charge de la réception de centaines de livres (plus de deux tonnes !), de leur transport vers le stand et de leur vente, ce qui lui aurait, disait-il, permis de me rembourser mes frais de transport.

Je lui ai donné ce conseil de validation de son permis aux fins de lui faire comprendre qu’au cas où je serais amené à participer à un événement du même genre, je ne voudrais pas être confronté à une demande similaire.

Simple conseil de bon sens que Robin interpréta comme… un ordre, ce qu’il exprime dans son mail et qui n’est en fait qu’un prétexte grotesque. La vérité saute aux yeux, quand on se réfère à l’historique de nos contacts.

Visiblement, depuis que j’avais refusé de continuer d’être pour lui « matière à profit » (nouveaux DvD, promotion de son propre livre, aide au lancement d’un ouvrage d’un autre auteur de son « écurie »), je cessais d’être « une des deux personnes les plus importantes, dans sa vie ».

Le lecteur comprendra que continuer à être en contact avec un tel personnage m’est devenu absolument impossible.

Après cet incident, j’informe donc Jean Robin, par écrit, le 10 février, que je ne souhaite plus, en aucun cas, être personnellement en rapport avec lui.

Ayant constaté ma détermination, et (surtout) ayant vu que j’avais retiré les quelques annonces le concernant, Jean Robin supprime l’accès aux 3 vidéos sur ITER le 15 février, en m’écrivant : « je découvre que vous avez enlevé, sans m’en faire part, tous les liens vers les DVD et la Bible en BD de votre site. Fort bien, vous voulez jouer à ce jeu, on va jouer… J’ai donc mis en privé les 3 vidéos sur Iter. Je les repasserai en public quand vous serez revenu à la situation initiale« .

Visiblement, Jean Robin n’a pas vraiment compris que ce n’est pas dans mon habitude de céder aux chantages.

Ainsi les lecteurs peuvent mieux comprendre cette réponse de Jean Robin @Morel le 19 février (qu’il a effacé plus tard de la section dialogue qui fait suite à son article) : « c’est une histoire privée entre Jean-Pierre Petit et moi, il a la possibilité de faire en sorte que je remette en ligne cette vidéo ».

Dernières précisions :

Certains lecteurs se doutaient de la cause de cette « rupture », et ont demandé à Jean Robin et à moi-même quelles étaient les conditions financières (partage) des ventes des 9 DVD et la Bible en BD. Je précise les points suivants :

(1) Pour la vente des DVD, je ne touche pas un seul centime. Il est convenu que 3€ par DVD vendu doivent être versés à l’association Savoir sans Frontières, sur les 20 euros du prix de vente directe, par correspondance, les frais de port étant en sus. Mais sur ce point, je n’ai plus aucune illusion, alors que ces DVD sont toujours proposés à la vente sur la page d’accueil de son site, en bonne place. Je précise au passage que je n’ai même pas reçu un seul exemplaire du troisième coffret.

(2) Pour la Bible en BD : Le droit d’auteur est de 8% du prix public, quel que soit le mode distribution. Il n’y pas d’à-valoir (avance). Extrait du contrat me concernant : De son vivant, monsieur Petit souhaite céder ses droits d’auteur à une association humanitaire (ou/et) culturelle de son choix.

Que tout soit clair, une fois pour toutes, ces deux opérations – DVD et la Bible en BD – ne sont en AUCUN cas pour moi une histoire d’argent.

Dès que possible, je ré-enregistrerai une suite de vidéos concernant mon parcours et mes souvenirs, que j’émaillerai d’illustrations et de photos. Celles-ci, mises en ligne sur un site comme Dailymotion, seront alors téléchargeables gratuitement.

Voilà comment une collaboration, qui a bien débuté, dérive vers une histoire beaucoup moins reluisante, banale, sans doute.

Cette Bible en bande dessinée m’avait demandé des années de travail et d’étude. S’appuyant sur le contrat, Robin pourra continuer d’exploiter cet ouvrage. En ce qui nous concerne, ma femme et moi sommes tellement écoeurés que nous avons mis au grenier les quelques exemplaires d’auteur qui nous restaient, le manuscrit, et les notes qui s’y réfèrent, pour ne plus avoir l’ouvrage sous les yeux.

Cette histoire me dégoûte et … me fatigue.

Jean-Pierre Petit, 25 février 2012

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)