Les voyous de la ripoublique : Sylvie Andrieux tire-t-elle encore des ficelles au PS ?

Partager

andrieux


Ils font semblant de se retirer, le PS fait semblant de sanctionner mais en réalité tout reste comme avant, ils tirent toujours les ficelles après avoir placé leurs pions ici et là. C’est certainement dû au fait que Andrieux fasse partie de la secte maçonnique, ce qui donne des pouvoirs que d’autres n’auront jamais…


Dans la 3e circonscription, le nom de l’ex-députée plane sur les législatives    

À quelques mois des élections législatives, le fantôme de Sylvie Andrieux hante la 3e circonscription… Exclue de la vie politique depuis sa condamnation rendue définitive le 10 novembre par la Cour de cassation (1), l’ex-députée PS, élue 19 ans sur ce secteur (13e, 14e et une partie du 12e) peut-elle encore user de son influence et mobiliser ses réseaux locaux pour faire désigner le candidat socialiste de son choix aux prochaines élections à la députation ?

C’est la lourde accusation que porte Nadia Brya, l’une des candidates à cette investiture, qui vient d’adresser un courrier incendiaire à Jean-David Ciot, le secrétaire de la fédération PS des BdR (avec copie au bureau national). À quelques jours du vote des militants de cette circonscription pour désigner leur candidat, Nadia Brya y dénonce des manoeuvres de Sylvie Andrieux pour faire élire la conseillère départementale Anne Di Marino. Pire : cela se ferait avec l’accord tacite de la fédération PS : « Aujourd’hui, il me paraît clair que la désignation d’Anne Di Marino par Sylvie Andrieux avec le soutien de ses deux lieutenants Stéphane Mari, conseiller municipal et Rébia Benarouia, conseiller départemental et municipal, trouve grâce à tes yeux ainsi qu’à ceux de Frédéric Vigouroux (numéro 2 de la fédé, Ndlr)« , écrit-elle à Jean-David Ciot. Appelée à une conciliation, Nadia Brya refuse de se prêter à « une mascarade dont le seul but est de légitimer la candidate désignée par Sylvie Andrieux ». En « off », certains élus socialistes marseillais confirment, allant jusqu’à mettre en cause la validité des cartes de nombreux militants appelés au vote les 8 et 9 décembre.

Marseille : Sylvie Andrieux va devoir purger sa peine

Jointe hier, Anne Di Marino ne cache pas son « amitié » pour Sylvie Andrieux : « Si elle avait pu se présenter, j’aurais fait campagne pour elle. » Mais la conseillère départementale se définit comme « une militante et une habitante du secteur, aussi légitime à être investie que Nadia Brya et son suppléant » (son époux, le conseiller départemental Denis Rossi, Ndlr).

Primaire de secteur ?

Dans l’une des 10 circonscriptions de France où le Front national a les meilleures chances d’obtenir un député, cette guerre interne crucifie le PS. « C’est précisément parce que la situation est exceptionnelle, qu’il faut une réponse exceptionnelle », plaide Nadia Brya, qui milite pour l’organisation d’une « primaire ouverte à toute la gauche » sur ce secteur. « J’ai interpellé Jean-David Ciot à deux reprises, mais je n’ai reçu aucune réponse. On laisse filer le temps sans rien entreprendre, ce qui laisse la voie libre aux amis d’Andrieux », cogne-t-elle. Des accusations qui laissent de marbre le premier secrétaire : « Il y a toujours des soupçons, sur les uns, sur les autres. S’il y a des irrégularités, que ceux qui s’en plaignent saisissent la commission des conflits. Sinon, ce ne sont que des allégations. » Le patron du PS 13 dit « regretter » que l’organisation d’une primaire de secteur soit impossible : « J’ai consulté nos partenaires de la gauche. Ils ne veulent pas. C’est le même problème qu’au niveau national. »

Marseille : Christophe Masse pousse les socialistes à le désigner aux législatives

À quelques jours du vote des militants de la 3e circo (250 cartes environ), l’ambiance est donc exlosive au PS… D’autant que Christophe Masse, autre candidat à l’investiture (!), n’a peut-être pas dit son dernier mot. La fédération 13 a certes rejeté cette option, au motif que les statuts du parti imposent, au nom de […]

(1) Sylvie Andrieux a été condamnée à 4 ans de prison dont 3 avec sursis, 100 000€ d’amende et 5 ans d’inéligibilité pour détournement de fonds publics dans l’affaire des subventions du Conseil régional Paca. Entre 2005 et 2009, plus de 740 000 € avaient été détournés, via le financement d’associations.

Sophie Manelli

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)