Nous avons effectué cette recherche sur le site officiel du CDC américain, nous avons trouvé le chiffre de 53 morts comme démontré sur la capture écran ci-dessous. Sauf qu’il faut savoir qu’un rapport a été effectué concernant le VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System) qui répertorie les effets secondaires et s’occupe donc de la pharmacovigilance aux États-Unis ; il s’avère que les publications sur le site ne représentent pas plus de 1 % des effets secondaires réels causés par les vaccinations. Ce sont les conclusions d’un rapport gouvernemental publié en 2010 sur quatre années de déclarations d’effets secondaires.



Il faut également ajouter que le site même du CDC explique qu’il faut  4 à 6 semaines pour qu’un effet secondaire reçu soit publié ! Nous sommes donc très loin du compte, vraiment loin.



Cinquante-cinq personnes aux États-Unis sont décédées après avoir reçu un vaccin COVID-19, selon des rapports soumis à un système fédéral.

Des décès sont survenus parmi des personnes recevant à la fois les vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech, selon les rapports.

Le système de notification, le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), est une base de données fédérale. Le système est passif, ce qui signifie que les rapports ne sont pas automatiquement collectés et doivent être classés. Les rapports VAERS peuvent être déposés par n’importe qui, y compris les prestataires de soins de santé, les patients ou les membres de leur famille.

Les rapports VAERS «manquent souvent de détails et peuvent parfois contenir des informations contenant des erreurs», selon le site Web du système de rapport. Pourtant, les rapports sur VAERS ne représentent «qu’une petite fraction des événements indésirables réels», déclare le site, bien que la sous-déclaration soit considérée comme moins courante pour les événements graves.

Dans certains cas, les patients sont décédés quelques jours après avoir reçu un vaccin COVID-19.