En réalité, Jeffrey Epstein et sa complice Ghislaine Maxwell avaient pour business de filmer des centaines de relations sexuelles pédophiles impliquant des hommes politiques importants mais également de personnalités puissantes afin de les faire chanter. C’est d’ailleurs l’un des moyens de pression préférés des services de renseignement comme le Mossad, mais pas seulement. La situation est explosive et il y a de grandes chances que Ghislaine Maxwell finisse comme Jeffrey Epstein…


Selon la rédaction du Dailymail, un ancien ami de Ghislaine Maxwell aurait confié qu’elle détiendrait une large collection de vidéos montrant Jeffrey Epstein, mais aussi de nombreuses personnalités très puissantes, en train de commettre des actes pédophiles.

Selon un témoignage exclusif accordé au site britannique du Daily Mail, Ghislaine Maxwell aurait eu accès aux vidéos compromettantes et aux enregistrements réalisés par Jeffrey Epstein dans ses multiples demeures, selon des précisions de CNEWS.

Ce témoin clé serait un ancien ami de Ghislaine Maxwell. Il s’est confié à la rédaction du Dailymail :

« Non seulement Epstein aimait être filmé avec des jeunes filles – il voulait également s’assurer d’avoir un moyen de pression sur les hommes riches et puissants qui bénéficiaient de ses largesses malsaines. […] Ghislaine Maxwell a une cachette où elle garde secrètement des images sexuelles et pédophiles avec des mineures. Elle avait des exemplaires de tout ce qu’avait Epstein. Ces vidéos pourraient impliquer des personnalités influentes. Si Ghislaine tombe, elle s’assurera d’emporter le plus de monde possible avec elle. Elle sait où sont enterrés tous les cadavres et elle utilisera tous les moyens à sa disposition pour se sauver ».

Ghislaine Maxwell aurait pris l’habitude de faire des copies de tous les documents de Jeffrey Epstein. Elle pourrait alors les proposer à la justice comme une monnaie d’échange pour tenter de sauver sa peau.

Ces révélations d’une source anonyme sont assez proches des informations révélées dans un article publié en août 2019 par le journaliste du New York Times, James B. Stewart, sur une entrevue réalisée avec Jeffrey Epstein un an auparavant (en 2018) durant laquelle le milliardaire avait affirmé avoir constitué des dossiers sur les invités de passage dans ses demeures, « dont certaines potentiellement dommageables et embarrassantes sur leurs supposées orientations sexuelles et leur consommation de drogues récréatives », selon l’article.

La rédaction du New York Post a cité le témoignage d’un autre ami de Ghislaine Maxwell, Christopher Mason, un animateur de télévision et journaliste ayant rencontré Maxwell dans les années 1980. Cet homme a confié que Ghislaine Maxwell avait accès à ces vidéos.

« J’espère que Ghislaine ne finira pas comme Epstein. Je suis très soucieux de cela. Je pense qu’elle est en danger ».


Atlantico Rédaction

7 juillet 2020
Source : CNews