Nous sommes encore une fois extrêmement choqués par la légèreté de cette intervention, ponctuée d’approximations voire de mensonges. Lorsque Me Marsigny soutient qu’il n’y a pas de menaces de la part des soutiens de Monsieur Tariq ramadan, nous pouvons juste témoigner qu’en tant que simple critique du gourou, nous sommes la cible d’un acharnement et de harcèlement d’une rare violence avec des insultes et des menaces qui ne se comptent plus ! Ces propos de Me Marsigny sont d’autant graves que c’est lui-même qui avait dit dans l’émission C à vous sur France 5 qu’il « comprenait » (sic) cette violence exprimée sur les réseaux sociaux, ce qui en soi est clairement une faute déontologique irrémissible. D’ailleurs, cette posture inqualifiable a suscité dès le lendemain de son intervention, un encouragement à la violence et son embrasement

À la seconde 2’32 », Me Marsigny affirme que son client n’a jamais été condamné par la justice alors qu’il a bel et bien été condamné en 2007 pour outrage. Il avait écopé d’une amende de 2500 € pour avoir insulté une policière dans un aéroport parisien ; rappelons qu’il avait comparu à l’époque en ayant opté pour le plaider coupable.

Concernant le risque de fuite en Suisse relevé par les magistrats, il est en effet plus que probable car son client pourra toujours dire qu’il a été très mal traité en France et qu’il n’a pas eu droit à une justice équitable…Cette éventualité est d’autant plus vraisemblable que la Suisse voisine n’extrade pas ses citoyens.

Me Marsigny traite les plaignantes de menteuses – pourquoi pas, mais il appartiendra à la justice seule de le dire – sauf que pour le moment le seul menteur dans cette affaire c’est bien son client qui a inventé un alibi qu’il savait faux et qui affirmait avec certitude n’avoir jamais eu de rapports sexuels avec aucune des plaignantes, alors que l’on apprend que ce n’était pas le cas concernant Marie/Monia ! Ajoutons à tout cela l’affaire de Majda, qui a été payée 27 000 € par Monsieur Tariq Ramadan pour « acheter » son silence ! Ceci est un fait judiciaire validé par un tribunal belge.

À la sixième minute, Me Marsigny affirme, avec une assurance déconcertante et sans rougir, que son client n’a jamais usurpé de titre universitaire alors qu’une enquête demandée par un député suisse a conclu, selon la déclaration du rectorat de l’université de Fribourg, que Monsieur Tariq Ramadan n’a jamais eu de titre de professeur, ce qui n’a pas empêché pour autant ce dernier de signer sa tribune au journal Le Monde en 2005 en usurpant ce titre. Il expliquera ensuite que ceci n’a rien à voir avec l’affaire en cours, alors que c’est exactement le nœud du problème, puisqu’il s’agit là encore de mensonges lourds qui en disent long sur la personnalité et le profil psychologique de son client. Me Marsigny poursuit son exposé en précisant qu’il n’est pas responsable des « palmes académiques » de l’université de Fribourg, anticipant une réponse à une question que personne ne lui avait posée, puisque l’université avait communiqué officiellement sur ledit sujet !

Ensuite Me Marsigny tient des propos contradictoires en affirmant que tout a été refusé à son client comme la visite de sa famille, alors qu’il n’était question que de délais tout à fait classiques applicables à tous les détenus. Que l’accès à son dossier lui a été refusé tout en précisant qu’il va lui rendre visite dans une petite chambre de 2 m² pour s’entretenir avec Monsieur Tariq Ramadan, ce dernier prenant des notes sur un coin de table. Ce qui signifie en clair qu’il a accès au dossier et à son avocat, Me Marsigny ! Pour une pauvre petite victime du système judiciaire, il faut tout de même relever qu’il s’agit d’un détenu qui se paie les avocats les plus chers de France et de Suisse, proposant même une caution de 150 000 € !!!

Pour finir, il accusera la dernière plaignante française, Marie/Mounia, d’être une menteuse, non sans rappeler qu’elle était une « prostituée » impliquée dans l’affaire judiciaire du Carlton/DSK ! Pourquoi pas, il est vrai qu’elle a un CV peu reluisant, sauf que là encore, ça ne donne à personne le droit de la violer. Autre point important, qu’a-t-il le prédicateur et moralisateur musulman Tariq Ramadan à avoir des rapports sexuels avec une ex-prostituée ? C’est là aussi une question importante que les lecteurs doivent se poser !

Il est évident que la nouvelle défense de Monsieur Tariq Ramadan se démarque de la première par sa propension à la médiatisation et par son caractère résolument offensif et désordonné, s’appliquant à politiser l’affaire, sans même prendre le soin d’éviter les contradictions lourdes émaillant son discours. Il faut dire aussi que les fans de Monsieur Tariq Ramadan l’ont totalement desservi par leur comportement violent et leurs menaces insensées, à tel point que la décision des juges en a été très probablement influencée. Me Yassine Bouzrou et son associée Me Julie Granier en imposaient par leur retenue et ne s’étaient jamais livrés à ce genre d’exhibition qui ne fait que discréditer son auteur. Cela dit, Monsieur Tariq Ramadan reste présumé innocent de l’accusation de viols comme ses présumées victimes bénéficient de la présomption de sincérité. Il appartiendra à la justice de démêler le vrai du faux et de dire le droit. Il reste néanmoins qu’après avoir avoué une relation sexuelle illégitime – un adultère -, il s’est d’ores et déjà totalement disqualifié en tant que « musulman » prédicateur et moralisateur, donneur de leçons.


Ajoutée le 22 mai 2018 

Me Marsigny avec Jean-Jacques Bourdin, sur RMC.


Free Tariq Ramadan Campaign