martine brunschwig
Martine Brunschwig – 20 Minuten

On savait que l’ex-directeur du collège de Saussure avait convoqué Monsieur Tariq Ramadan après avoir reçu un jeune garçon qui s’était plaint du comportement scandaleux du prédicateur helvète. Nous savons maintenant que la responsable du département d’instruction publique en avait également entendu parler dans les années 90, c’est-à-dire à la même période.



L’ancienne conseillère d’État Martine Brunschwig Graf, en poste lorsque Tariq Ramadan séduisait certaines de ses élèves, admet se souvenir de « rumeurs ».

Elle avait affirmé dans un premier temps ne pas avoir été mise au courant de l’affaire. Mais aujourd’hui, l’ancienne conseillère d’État chargée de l’Instruction publique genevoise Martine Brunschwig Graf reconnaît avoir été prévenue que Tariq Ramadan était soupçonné d’entretenir des relations intimes avec certaines étudiantes du collège de Saussure. Une enseignante l’avait en effet avertie à l’époque, dans les années 90, révèle « Le Courrier ».

L’ancienne magistrate parle cependant de «rumeurs» et charge la direction du collège. Martine Brunschwig Graf assure l’avoir mise en garde à plusieurs reprises « mais le directeur ne m’a pas relayé les faits qui lui avaient été rapportés », déclare-t-elle au quotidien genevois. Concernant l’absence d’enquête ou de procédure, l’ex-conseillère d’État renvoie à la responsabilité du collège, qui aurait notamment dû entendre les élèves.

L’ancien directeur du collège n’entend plus s’exprimer sur ce dossier. Il avait précédemment affirmé à la « Tribune de Genève » avoir été informé d’un cas, mais ne pas avoir déclenché de procédure car l’étudiante était majeure et n’avait pas dénoncé les faits.


20 minutes [Suisse]