Actrice-sofia-helin-l-une-des-456-signataires-de-la-tribune


Si 456 femmes suédoises accusent les professionnels du cinéma local de harcèlement et même de viol, on imagine que l’on peut multiplier ce chiffre par 10 voire plus s’agissant de la France… question de mathématiques et de statistiques !


Jeudi 9 novembre, 456 comédiennes ont dénoncé, dans une tribune publiée par le quotidien local Svenska Dagbladet et truffée de témoignages, le harcèlement, les agressions et la « culture du silence » dans le cinéma et le théâtre dans le pays scandinave.

Les signataires fustigent le « culte du génie » régnant dans les arts de la scène depuis l’époque d’Ingmar Bergman, cinéaste aussi exigeant que révéré, et qui laisse impunis les agresseurs « tant que ce qu’ils créent est auréolé d’une haute valeur artistique ».

Les signataires, parmi qui figurent les actrices Lena Endre (Les meilleures intentions, Millénium), Sofia Helin (The Bridge) et Ruth Vega Fernandez (Kyss mig), dénoncent le fait qu' »acteurs et réalisateurs considérés comme des génies sont soutenus par la profession, peu importe ce qu’ils font subir à leurs collègues« . Et d’ajouter : « À cause de ce statut de stars, leurs agressions n’ont jamais de conséquences ».

Plusieurs récits anonymes de harcèlement ou d’agressions parfois violentes – au moins deux viols – visent, sans les nommer, des acteurs et metteurs en scène réputés en Suède comme à l’étranger. « Je devais jouer une scène d’amour avec ce ‘grand acteur’. Je devais être sur lui pendant l’acte sexuel. Au cours d’une répétition, il m’a demandé s’il pouvait téter à mon sein gorgé de lait (il savait que j’allaitais) tandis qu’il se pressait contre moi, en érection », témoigne ainsi une comédienne.