On peut donc corrompre des gens et s’en sortir après des négociations aboutissant à des accords qui permettent d’éviter la case prison ! Dommage que cette magouille judiciaire ne s’applique pas aux braqueurs de banques et aux vendeurs de cocaïne !


L’avionneur européen a déclaré mardi ne pas pouvoir en dire davantage pour des raisons juridiques, ces accords n’ayant pas encore été définitivement validés.

Airbus a annoncé, mardi 28 janvier, avoir trouvé un accord de principe avec le parquet national financier (PNF) en France et avec des autorités similaires en Grande-Bretagne et aux États-Unis, dans le cadre d’enquêtes pour corruption présumée. L’avionneur européen déclare ne pas pouvoir en dire davantage pour des raisons juridiques, ces accords n’ayant pas encore été définitivement validés.

Le Financial Times (en anglais) a rapporté lundi, à partir de sources proches du dossier, qu’Airbus pourrait accepter de verser plus de 3 milliards de dollars (2,72 milliards d’euros) de pénalités pour mettre fin à ces enquêtes.

Airbus fait l’objet d’enquêtes anticorruption sur sa façon de recourir à des intermédiaires pour ses ventes d’avions de ligne, une pratique qui n’a plus cours depuis 2014 selon ses dirigeants. Le groupe a déjà dit par le passé coopérer aux enquêtes du PNF français, du SFO (Serious Fraud Office) britannique et des autorités américaines.


Photo d’illustration : un Airbus A320-200 s’approche de l’aéroport  John F. Kennedy de New York, en 2019. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

avatarfranceinfo / Reuters

France Télévisions

28 janvier 2020