9054998


On avance de plus en plus vite vers le carnage final, de façon certes grossière, mais dynamique et déterminée. Effectivement, après cette attaque visant un prêtre octogénaire, les gens vont encore plus radicaliser leur pensée. Dans quelques jours, on saura pourtant que les assaillants criminels traînaient, comme les précédents, de nombreuses casseroles : (asile psychiatrique pour les attentats de Nice, Munich, Ansbach…). Deux choses à dire concernant la propagande médiatique qui va suivre.

Primo, comment Daech va-t-il pouvoir maintenir sa rhétorique ridicule de croisade, en parlant de la France qui est un des pays les plus athées au monde ? Comment ose-t-il agir comme si on était encore au XIIe siècle ? Ils se créent un ennemi imaginaire tout en fermant les yeux, comme par hasard, sur les vrais ennemis actuels de l’Humanité : la franc-maçonnerie et les autres sectes messianistes apocalyptiques…

Concernant les réactions des ploucs qui nous servent de politiques, vous allez apprécier les déclarations guerrières des francs-maçons et autres lobbyistes LGBT. Les bouffeurs de curés d’hier, les massacreurs des Vendéens vont se transformer très vite en des Jeanne d’Arc, toutes plus vierges et plus étincelantes les unes que les autres. On entend d’ici le frère la truelle Gilbert Collard s’envoler seul dans un lyrisme hypocrite jamais entendu jusqu’alors. Sans oublier les ripoublicains laïcistes athégristes qui ont passé les 50 dernières années à insulter et humilier Jésus Christ, de la pire des façons.

Une chose est certaine : ça va très mal et tout est fait pour déclarer une guerre civile sanglante en France. Au peuple d’être plus intelligent, autrement, il périra.


Au moins une personne a été tuée, mardi 26 juillet dans la matinée, lors d’une prise d’otages dans une église de la ville de Saint-Etienne-du-Rouvray, située dans la banlieue de Rouen (Seine-Maritime). Les assaillants ont été abattus à l’issue de la prise d’otages.

Les motivations de cette attaque sont encore inconnues. Voici ce que l’on sait mardi à la mi-journée.

Que s’est-il passé ?

Deux individus sont entrés dans l’église, « à l’heure de la messe matinale ». Ils ont pris cinq personnes en otage à l’intérieur, peu après 9 heures. « Je suis enfermée chez moi depuis 9h30 du matin. J’ai voulu faire des courses et les policiers m’ont dit de rentrer tout de suite dans mon domicile. Il y a encore des forces de police partout dehors », a témoigné une retraitée de la commune, contactée en fin de matinée par francetv info.

Un périmètre de sécurité très vaste a alors été mis en place. Les autorités ont barré tout accès au centre-ville. Puis la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Rouen est rapidement intervenue.

Les deux assaillants ont été « neutralisés », « abattus par les forces de police », au moment où ils sont sortis de l’église, « dans des conditions qui seront précisées ultérieurement », a déclaré Pierre-Henri Brandet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Le Raid, unité d’élite de la police nationale, a mené en fin de matinée des opérations « pour s’assurer que rien n’a été piégé, qu’il n’y a pas de dispositif explosif installé à l’intérieur ou autour de l’édifice », a-t-il précisé.

Que sait-on des victimes ?

C’est un homme qui a été assassiné, a précisé le porte-parole du ministère de l’Intérieur. Pierre-Henri Brandet n’a pas voulu confirmer l’information, mais l’archevêque de Rouen a publié un communiqué dans lequel il dit avoir avoir appris la mort de Jacques Hamel, un prêtre âgé de 84 ans. Il a été égorgé, selon des sources proches de l’enquête.

Une autre personne, dont on ne connaît pas le sexe, est grièvement blessée. Elle est actuellement entre la vie et la mort. Les trois autres otages sont vivants. Ils sont pris en charge psychologiquement, tout comme les témoins présents aux alentours.

Que sait-on des assaillants ?

Pour l’instant, aucune information officielle n’a été communiquée sur l’identité des deux individus, ni sur leurs motivations.

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête, qui a été confiée à la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Quelles sont les réactions ?

Le président François Hollande et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve se sont immédiatement rendus sur les lieux. Le Premier ministre a assuré de son côté que les Français « feront bloc » face à « l’attaque barbare d’une église » catholique à Saint-Etienne-du-Rouvray.

De son côté, le pape François s’est associé « à la douleur et à l’horreur » et « condamne de la manière la plus radicale » l’attaque dans une église en France. « Nous sommes particulièrement frappés parce que cette violence horrible est intervenue dans une église, un lieu sacré où s’annonce l’amour de Dieu, avec le meurtre barbare d’un prêtre et des fidèles touchés », a expliqué le Vatican.