Cet article est un pur article complotiste, rien d’autre ; pourtant il est écrit et publié par le Monde ! On croyait tous que toutes ces lois étaient là pour nous sauver la vie, pour nous permettre de revoir nos parents et grands-parents ! En réalité non, selon le Monde qui interviewe Me Patrice Spinosi, ces lois seront « les outils de notre asservissement de demain » du coup on aimerait bien savoir qui veut nous asservir et pourquoi ?


Dans un entretien au « Monde », l’avocat Patrice Spinosi dénonce une accumulation sans précédent de mesures sécuritaires et un déséquilibre institutionnel.

Avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, MPatrice Spinosi dénonce une accumulation sans précédent de mesures sécuritaires. Il y voit un point de bascule menaçant l’équilibre démocratique. Selon lui, « un Trump à la française » élu en 2022 aurait à sa disposition, sans avoir besoin de changer la loi, « tous les outils juridiques lui permettant de surveiller la population et de contrôler ses opposants politiques ».

Depuis le traumatisme de l’élection présidentielle de 2002, tous les gouvernements ont fait voter des lois sécuritaires. En quoi estimez-vous la situation différente aujourd’hui ?

Nous avons atteint un point de bascule pour deux raisons. D’abord, depuis la rentrée, on observe une inflation sans précédent de législations sécuritaires avec le schéma national de maintien de l’ordre, le renouvellement de l’état d’urgence sanitaire, les projets de loi sur le séparatisme et la sécurité globale. Ensuite, en raison du confinement, les Français touchent du doigt la réalité quotidienne des restrictions de liberté.

Auparavant, ces sujets étaient latents, mais personne ne se sentait vraiment concerné. Depuis plusieurs mois, nous sommes tous soumis à des mesures de contrainte exceptionnelles sans savoir vraiment quand elles seront levées. Nous prenons mieux conscience des risques d’une dérive. Il y a un an, qui aurait pu penser que nous ne pourrions plus sortir de chez nous sans attestation ou que certaines activités professionnelles pourraient être interdites sur une simple décision du gouvernement ?

Ces restrictions de liberté ne paraissent pourtant pas aberrantes face à une crise sanitaire inédite…

 […]


Photo d’illustration : Avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, Patrice Spinosi dans son bureau, à Paris, en décembre 2018. HAMILTON/REA

Le Monde

25 novembre 2020