Nous avons vu hier une interview du pédocriminel Gabriel Matzneff sur BFMWC d’un niveau lamentable, nous expliquant que ce dernier était exilé en Italie. Refusant de se faire filmer de face – on se demande bien pourquoi -, ce monstre nous explique que, le concernant, il a toujours été question de gamines de plus de 15 ans alors que ses journaux intimes font état de ses viols d’enfants de huit à 10 ans aux Philippines mais également en France ! Curieusement, la journaliste ne lui posera aucune question sur son tourisme sexuel avec Christian Giudicelli (Eight one one) à Manille à l’hôtel Tropicana. De toute façon, on comprend qu’elle n’a rien lu et qu’elle ne comprend rien à cette affaire ! Comment la journaliste a-t-elle pu le laisser dire que l’on peut commettre des crimes tels que des viols sur des enfants en quantité industrielle sans y penser ? Est-ce sérieux ?

Cette interview n’est rien d’autre qu’un micro tendu à Gabriel Matzneff pour se victimiser, en affirmant qu’il est ruiné alors que Monsieur séjourne depuis des mois dans un hôtel italien (on se demande bien qui finance ?) et, pire que tout, pour nous faire un chantage au suicide vers la toute fin de l’entretien ! Honteux !



« On peut parfois faire des choses sans y penser. Je dois dire qu’à l’époque, personne ne pensait à la loi », a déclaré l’écrivain dans une interview à BFMTV diffusée mercredi.

Gabriel Matzneff, sous le coup d’une enquête pour viols sur mineur, a affirmé « regretter » ses pratiques pédophiles passées en Asie, dans un entretien accordé à BFMTV et diffusé mercredi 29 janvier. « Un touriste, un étranger, ne doit pas se comporter comme ça. (…) Naturellement je regrette », dit-il, même si, fait-il valoir, « à l’époque, jamais personne ne parlait de crime ».

L’écrivain a relaté dans ses livres ses conquêtes et ses aventures sexuelles, y compris avec des jeunes garçons lors…


Photo d’illustration : Gabriel Matzneff en 2015. (ULF ANDERSEN / ULF ANDERSEN / AFP)

avatarfranceinfo / AFP

France Télévisions

29 janvier 2020