On aimerait vraiment qu’on nous explique comment un sondage peut-il obtenir de tels résultats en France, alors que nous nous souvenons tous de la mobilisation nationale phénoménale à propos du mariage pour tous imposé de manière non démocratique et de force par un micro lobby LGBT puissant. Il nous paraît inconcevable que 65 millions de Français puissent changer d’avis aussi vite. Vous remarquerez également que ces sondages sont en train en réalité de préparer l’opinion et de la manipuler pour faire également accepter la GPA qui n’est rien d’autre qu’une « marchandisation » du corps humain, aussi bien de la femme que du bébé qui sera « vendu ».

Il faut bien comprendre, c’est très important de le souligner, que l’autorisation de la PMA pour les femmes célibataires va permettre de « fabriquer » des enfants sans père, ce qui, en soi, est extrêmement grave. La société occidentale est en train de dériver totalement, se perdant dans l’inconnu des conséquences de ses choix inconscients. En effet, alors que la violence constatée par tous, est de plus en plus importante et que nous vivons dans une société hypersexualisée avec des dérives extrêmement nombreuses, ces choix imposés par une élite décadente ne feront qu’aggraver la situation en perturbant les équilibres naturels.


L’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules est le point le plus sensible du projet de loi de bioéthique prévu pour juin.

C’est une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Près de deux-tiers des Français (65%) se déclarent favorables à l’extension de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes, selon un sondage BVA publié mardi 23 avril. Cette réforme doit figurer dans le projet de loi de bioéthique prévu pour juin.

La part des Français favorables à cette extension de la PMA est « en progression de dix points depuis 2014 et culmine à son plus haut niveau », observe l’institut de sondage, qui mène cette étude depuis 2004 pour la Drees, rattachée au ministère de la Santé.

Le projet de loi de bioéthique, dont l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules est le point le plus sensible, doit être présenté en Conseil des ministres « avant l’été », avait indiqué début mars la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Le mariage pour tous largement accepté

La question de l’homoparentalité progresse également dans l’opinion : plus de deux Français sur trois estiment que « les couples homosexuels peuvent assumer un rôle de parents comme les couples hétérosexuels ». Soit 7 points de plus qu’en 2014.

Enfin, l’adoption pour les couples homosexuels, en vigueur depuis 2013 et la loi sur le mariage pour tous, est approuvée par 65% des Français, en hausse de 9 points, soit le plus haut niveau jamais atteint par ce baromètre.

Par ailleurs, plus de la moitié des sondés (56%) se disent favorables à la gestation pour autrui (GPA), soit 13 points de plus qu’en 2014.

 


Photo d’illustration : une manifestation en faveur de l’extension de la PMA aux couples de femmes à Toulouse, le 4 octobre 2018. (photo d’illustration) (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)