Ce n’est certainement pas dans la presse française qu’un tel mea culpa sera possible, c’est même inconcevable. D’ailleurs, ils veulent vacciner les enfants coûte que coûte alors qu’il n’y a pas de mortalité dans la tranche d’âge des moins de 14 ans, 5 au total depuis le début de la crise en France.

On se  souvient tous du post sur les réseaux sociaux du sinistre Gilbert Deray Qui culpabilisait les enfants en les obligeant à porter le masque afin de ne pas tuer papy et mamy ! Comment est-il possible qu’un médecin puisse publier une telle monstruosité en terrorisant les enfants et en les culpabilisant à ce point, alors que les adultes sont là justement pour les protéger à tout prix. Il n’y a rien de plus précieux sur terre, il n’y a rien de plus important que la protection de nos enfants, tout le reste ne peut être qu’accessoire. Mais nous n’allons pas nous focaliser sur ce pauvre Gilbert Deray car ils ont été très nombreux à culpabiliser les enfants comme expliqué dans cet excellent article ci-dessous de Bild. On peut citer également la secte des zététiciens ainsi qu’un nombre incalculable de journalistes irresponsables.

Pour résumer la situation, il y a eu plus de  morts en 2020 qu’en 2019 en Allemagne dans la tranche d’âge des moins de 14 ans, n’ayant aucun rapport avec le covid19 mais imputables aux restrictions sanitaires, aux confinements… et à l’abandon de ces enfants à leur triste sort.







Je voudrais dire à des millions d’enfants de ce pays, dont nous sommes tous responsables en tant que société, ce que notre gouvernement fédéral et notre chancelier n’ont pas encore osé dire : nous vous demandons pardon. Nous vous demandons pardon pour un an et demi d’une politique qui vous a fait victimiser. Aux victimes de violence, de négligence, d’isolement, de solitude émotionnelle. Car la politique et les médias rapportent cela à ce jour, comme le poison, vous donne le sentiment que vous êtes un danger mortel pour notre société. Vous ne l’êtes pas, ne vous laissez pas persuader. Nous devons vous protéger, pas vous nous.

Nous avons honte en tant que société

Je voudrais le dire le plus clairement possible : ce qui a été fait à vous les enfants par un gouvernement que nous en tant que parents avons choisi aussi et surtout pour vous, que nous n’avons apparemment pas assez critiqué pour la fermeture des écoles et des terrains de football fermés, nous fait honte en tant que société.

Depuis le début de la pandémie en mars 2020, vingt personnes de moins de 20 ans sont décédées de ou avec la couronavirus en Allemagne. 152 enfants de moins de 14 ans ont été tués en 2020, soit quarante de plus qu’à la même période en 2019.

Ils représentent ce que vivent les enfants à ce jour dans les pièces isolées et bouclées du confinement, dans les petits logements sociaux, mais aussi dans les maisons spacieuses dans lesquelles Enge a manifestement déchaîné la violence sans que les salles de refuge et de protection soient ouvertes.

Les enfants tués représentent tous les enfants maltraités, dont aucun enseignant, aucun entraîneur de football ne pouvait voir et signaler les ecchymoses et les écorchures.

Jardins de bière pleins, salles de classe vides

« Fermer les écoles en dernier et les ouvrir en premier » – nos gouvernements à Berlin et dans les Länder ne tiennent pas cette promesse chaque jour.

Ce qu’ils font aux enfants avec cela semble à la chancelière Angela Merkel et au Premier ministre ne pas valoir la peine de renvoyer les enseignants à l’école immédiatement.

Les jardins à bière sont pleins, les salles de classe sont vides.

Les Suédois n’ont jamais fermé leurs écoles. Ils ont été à la hauteur de leur responsabilité envers les enfants. Pas nous. La ministre de l’enfance vient de quitter prématurément ses fonctions afin de pouvoir préparer une campagne électorale sans être perturbée par des accusations de thèses de doctorat. Franziska Giffey est partie sans laisser de post-it avec deux phrases sur ce qui pourrait être mieux fait pour les enfants. Il n’y a pas d’expression plus cynique d’indifférence envers ceux qui leur sont confiés.

Surtout, ce qui est arrivé à nos enfants a assez de monde, BILD a toujours prévenu. Mais rien ne s’est passé. Y a-t-il eu le sommet de Merkel pour les enfants ? Non. Au lieu de cela, on a dit à nos enfants que s’ils osaient être des enfants, rencontrer leurs amis, ils tueraient grand-mère. Rien de tout cela n’a jamais été prouvé scientifiquement. C’était facile à dire parce que les enfants ne se défendent pas et ne votent pas.

Slogans de propagande contre les enfants

Ma question à nos politiciens est la suivante : qui dira à un enfant aux jambes meurtries que l’enseignement est l’affaire des Länder et des communes ?

Des amis me parlent de leurs fils adolescents qui, jusqu’à la pandémie, faisaient de l’exercice cinq fois par semaine et maintenant plus. Votre énergie pubère, votre colère et votre désespoir sont déchargés vers l’intérieur, plutôt que dans un ballon, dans un tir au but. Nous devons enfin réaliser que nous créons des épaves émotionnelles.

Si l’État retire les droits d’un enfant, il doit alors prouver qu’il évite un danger immédiat et concret. Cette preuve n’a jamais été produite. Il a été remplacé par des slogans de propagande sur l’enfant en tant que conducteur pandémique. Quiconque voulait contredire n’était pas invité au panel d’experts de la Chancellerie.

J’ai personnellement expérimenté ce que tout cela a réellement causé lorsque j’ai été autorisé à rendre visite aux impressionnants héros du quotidien de l’Arche à Berlin-Hellersdorf il y a quelques semaines. Les enfants les plus pauvres de notre pays riche, qui autrement y ont trouvé structure, fiabilité, refuge et nourriture (!) chaque jour, ne sont susceptibles de venir qu’une fois toutes les deux semaines pendant la pandémie. Et juste parce que personne en politique ne s’est soucié de savoir comment le faire mieux.

Vous devez voir un enfant de neuf ans vous dire « Je t’aime, tu es mon meilleur ami » après avoir joué à UNO avec lui pendant deux heures pour avoir une idée de la solitude de ces enfants.

Notre gouvernement fédéral n’est en poste que pour quelques semaines. Je la supplie de consacrer enfin, enfin, le peu de temps qui lui reste et toutes ses forces aux enfants et de tout faire pour guérir ce qu’elle a fait aux plus jeunes et aux plus faibles. Nos politiciens devraient ouvrir des écoles et des gymnases plutôt que des kiosques de campagne. Sinon vous laisserez un champ de décombres d’âmes d’enfants devant votre conscience et dans les livres d’histoire.