Il serait temps que des avocats et juristes s’occupent de ces voyous des GAFAM et leurs demandent des comptes. Cette censure criminelle qui laisse faire les multirécidivistes de Big Pharma a des conséquences graves sur la santé des gens. D’autant que l’information est essentielle en médecine, le consentement devant être libre et surtout « éclairé ».


Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg a été pris en flagrant délit de censure concernant les anti-vaccins.

Plusieurs anciens employés ont dévoilé anonymement des documents à Project Veritas.

Une version « bêta » d’un algorithme Facebook ciblant les anti-vaccins ? C’est ce que dénoncent les documents et une vidéo dévoilés par des anciens employés de l’entreprise et transmis à Project Veritas – une organisation militante d’extrême droite qui cherche à discréditer des grands groupes – le mois dernier, selon les informations du Daily Mail. Les documents divulgués allèguent que le réseau social censure les sceptiques du vaccin COVID-19 en rétrogradant les commentaires des utilisateurs au moyen d’un algorithme qui calcule un « score d’hésitation au vaccin. » Mais ce n’est pas tout.

Une autre vidéo montre Mark Zuckerberg et Melinda Davenport, directrice des communications internes de Facebook, évoquer une sanction pour les ‘traîtes’ plutôt que de reconnaître la censure. Dans celle-ci, le PDG de Facebook a été filmé en train de dénigrer les membres du personnel à l’origine de la fuite de la présumée censure du géant des médias sociaux concernant les inquiétudes des utilisateurs à propos du vaccin contre la Covid-19. L’avocate générale adjointe de Facebook, Heidi Swartz, a noté que Facebook avait une politique de « tolérance zéro » et qu’il licencierait et engagerait des « actions en justice » contre les fuiteurs.

Mark Zuckerberg défend son projet 

Selon son avocate, ce projet concerne « un programme d’intégrité de la santé que nous avons mis en place qui combat l’hésitation à la vaccination en prenant une position ferme contre la désinformation sur les vaccins » et non « pour censurer les problèmes de vaccins à l’échelle mondiale. » Elle a également insisté sur le fait que « les fuites mettent vraiment nos collègues en danger » surtout quand leurs noms sont exposés. Sauf que Morgan Kahmann,un ancien technicien de centre de données licencié récemment à cause des fuites, ne voit pas les choses de la même manière. Il a déclaré qu’il avait décidé de se manifester parce qu’il pensait qu’il était « hautement immoral » que Facebook censure prétendument le contenu de ses utilisateurs à leur insu. Les actions du réseau social allaient à l’encontre de sa « morale. »


Serge

Le Réveil citoyen

MSN
6 juin 2021